43 morts dans l’attaque d’un marché dans le nord-ouest

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Un marché du nord-ouest du Nigeria a encore été la cible d’une sanglante attaque, la troisième en moins d’un mois, où 43 personnes ont été tuées dimanche soir par des hommes armés appartenant à un groupe criminel.

« 43 personnes ont été confirmées mortes à la suite de l’attaque par des bandits du village de Goronyo dans l’État de Sokoto », a déclaré le porte-parole du gouvernement de Sokoto, Muhammad Bello, dans un communiqué publié lundi soir.

Les assaillants ont attaqué le marché du village de Goronyo. « C’était un jour de marché et il y avait beaucoup de commerçants », a précisé le porte-parole, joint au téléphone par l’AFP.

Le porte-parole de la police, Sanusi Abubakar, a indiqué que « les forces de sécurité sont sur place pour mener l’enquête », sans plus de détails.

Le nord-ouest et le centre du Nigeria sont depuis plusieurs années le théâtre de violences perpétrées par des groupes armés, appelés localement « bandits », qui attaquent les villages, volent du bétail, pillent et kidnappent contre le versement de rançons.

Il y a dix jours, au moins 19 personnes ont été tuées dans l’attaque d’un marché dans un autre village de Sokoto, dans le district de Sabon Birni.

Il s’agissait de représailles après que onze personnes avaient été tuées plus tôt dans un marché d’un village voisin par un groupe d’auto-défense qui combat les groupes criminels.

– « plus de ressouces » –

Depuis des années, une âpre compétition pour les ressources naturelles oppose éleveurs transhumants et agriculteurs sédentaires dans le centre et le nord-ouest du Nigeria, les seconds accusant les premiers de saccager leurs terres avec leur bétail.

Aggravées par le changement climatique et l’explosion démographique dans ce pays de 200 millions d’habitants, les violences sporadiques ont débouché sur une grave crise sécuritaire, entre attaques de bandits lourdement armés et représailles sans fin entre communautés.

Depuis plusieurs semaines, des troupes de l’armée nigériane conduisent une offensive terrestre et aérienne contre des camps de bandits situés dans l’Etat voisin de Zamfara.

Certains bandits qui ont réussi à échapper à cette opération militaire ont établi des camps dans les Etats avoisinants, comme Sokoto, où ils multiplient les attaques.

Pour empêcher les groupes criminels de se coordonner entre eux, les réseaux téléphoniques ont été coupés par les autorités sur une partie du territoire du Nord-Ouest, ce qui empêche parfois les villageois de prévenir les forces de sécurité en cas d’attaque. Les informations concernant les attaques mettent également du temps à parvenir aux médias.

Les autorités de Sokoto ont affirmé dans leur communiqué avoir demandé « plus de ressources » et « le déploiement de davantage de forces de sécurité » pour faire face à cette menace.

Ces groupes criminels agissent a priori sans motivation idéologique, même si des liens avec les groupes jihadistes du Nord-Est sont attestés depuis plusieurs années et semblent s’intensifier depuis plusieurs semaines.

L’armée nigériane a affirmé fin septembre que de présumés combattants du groupe Etat islamique en Afrique de l’Ouest (Iswap) et des criminels avaient attaqué l’une de leurs bases dans l’Etat de Sokoto.

Depuis la fin de l’année 2020, les gangs criminels ont également commencé à prendre pour cible des écoles, enlevant plus de 1.400 élèves.

Du fait de ces attaques, un million de jeunes Nigérians vont manquer l’école cette année, selon l’Unicef

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus

No Content Available