in

« Je suis venu en Algérie pour… », Petkovic révèle ses gros ambitions

Lundi dernier, pour sa première apparition en tant que sélectionneur de l’Algérie, Vladimir Petkovic s’est exprimé lors d’une conférence de presse. En quête de nouveaux défis et de victoires, Il Dottore a exprimé sans détour son aspiration à la réussite, soulignant son ambition de réaliser des exploits avec les Fennecs.

On aurait pu penser que Vladimir Petkovic avait déjà tout expérimenté avec la sélection suisse, après avoir participé à deux Coupes du Monde et atteint des stades avancés lors de plusieurs éditions de l’Euro. Cependant, à 60 ans, le coach ne semble pas prêt à s’arrêter là et voit dans son engagement avec l’Algérie une chance d’affronter de nouveaux défis, pour la première fois sur le sol africain.

Algérie :

Effectivement, grâce à son contrat avec la FAF, qui court jusqu’en 2026, Petkovic a l’opportunité de mener l’Algérie dans une Coupe d’Afrique ainsi que dans une Coupe du Monde. Le continent africain, avec son style de jeu distinct et des conditions climatiques très éloignées de celles de l’Europe, représente un challenge bien différent. Toutefois, cela ne semble en rien intimider le technicien, pleinement conscient des attentes élevées des supporters algériens et des défis à relever.

Je ne suis pas venu ici pour participer mais pour gagner. Je veux préciser pourquoi je suis venu ici. Dès notre première réunion avec Sadi, j’ai tout de suite été très enchanté de venir en Algérie. Au départ, les contacts étaient avec des pincettes mais après deux ou trois rencontres j’ai pris conscience des possibilités. Le fait d’avoir demandé comment ça se passe chez vous en terme d’atmosphère, ça m’a rappelé ce que j’ai connu à Rome“, a déclaré Petkovic.

CLIQUEZ ICI POUR LIRE L’ARTICLE ORIGINAL SUR www.afriquesports.net

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

Non, Grimes ne s'est pas moqué d'Elon Musk pour avoir dit que de riches ex-épouses avaient détruit la civilisation

Une année faste pour Raiffeisen, dont le bénéfice s’envole en 2023