L’opposant camerounais Maurice Kamto raconte sa vie en prison

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp
Maurice Kamto lors de la conférence de presse où il a revendiqué la victoire le 8 octobre 2018 à Yaoundé. REUTERS/Zohra Bensemra

C’est un Maurice Kamto particulièrement tranchant qui s’est exprimé sur Rfi. Interrogé sur une réaction qu’il aurait après des mois de prison, Maurice Kamto indique clairement qu’il n’en a pas. Et pour lui, c’est une détention illégale qui a pris fin.

C’est dans les colonnes de Le Jour que Maurice Kamto s’est livré. Il y raconte, dans une interview, ses 8 mois passés en prison. « En prison les journées se suivent et, contrairement à ce qu’on peut penser, ne se ressemblent, pas. Ce n’est pas une monotonie parfaite. Certains jours peuvent être plus paisibles que d’autres », affirme-t-il.

Occupation

« Les jours de visite des familles ne sont pas de même nature que les jours de non visite. Donc, en gros, je ne peux parler que de notre expérience, je ne sais pas comment les autres détenus vivaient. On se lève comme tout citoyen camerounais en fonction de l’heure à laquelle on s’est couché, bien entendu. Et puis généralement pour ceux qui aiment la lecture, c’est mon cas, après avoir écouté la radio on va se plonger dans les livres ».

« Pour ceux qui peuvent gratter quelques notes, parce que ça peut toujours être utile dans la réflexion on le fait, et généralement on discute. On échangeait beaucoup avec les amis, les codétenus. Et je crois que de ce point de vue ça a été une période qui nous a permis d’aller en profondeur dans certaines choses. Je ne peux pas donner plus de détails que ça ».

La prison n’a visiblement pas changé l’homme. Maurice Kamto reste attaché à ses principes. La conquête du pouvoir reste son ambition première. Il annonce d’ailleurs de nouvelles manifestations pour contester la légitimité de Paul Biya. Les prochaines semaines s’annoncent sans doute turbulentes.

détention illégale

« Je n’ai pas de réaction particulière. Il fallait bien que cette détention illégale et injustifiée prenne fin à un moment donné et elle a pris fin. Tant mieux », dit-il sur Rfi.

Le leader du Mrc, récemment libéré, a refusé de voir un quelconque acte de magnanimité dans son élargissement de prison. Pour Kamto, son arrestation tout comme sa détention étaient illégales.

« Que faut-il saluer là-dedans? Saluer que l’on vous restitue votre liberté après neuf mois de détention injustifiée, illégale, à la suite d’une arrestation arbitraire? Je ne vois pas un geste ou un acte de magnanimité quelconque », soutient Kamto.

Relancé par le journaliste sur la possibilité qu’avez le chef de l’État de ne pas le libérer, sa réponse est toute aussi limpide. « Il aurait pu, mais il l’a fait. Que voulez-vous que je dise de plus? ».

 

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus

No Content Available