Monde

Hong Kong refuse l'entrée au directeur de Human Rights Watch

Les autorités de Hong Kong ont interdit au chef de Human Rights Watch d'entrer sur le territoire chinois dimanche, a déclaré le groupe de défense.

Kenneth Roth, directeur exécutif de Human Rights Watch, avait prévu de lancer le rapport mondial annuel de l'organisation à Hong Kong cette semaine. Le rapport se concentre sur les efforts de la Chine pour "saper délibérément le système international des droits de l'homme", a déclaré Roth dans une vidéo publiée sur son Twitter.

La décision d'interdire Roth fait suite à l'engagement pris par la Chine le mois dernier de sanctionner les organisations qui, selon elle, ont "mal performé" en relation avec les manifestations anti-gouvernementales qui ont fait rage à Hong Kong pendant plus de sept mois. Human Rights Watch, le National Endowment for Democracy et Freedom House faisaient partie des groupes cités pour sanctions.

Roth, un citoyen américain, a déclaré sur Twitter que les autorités de l'immigration à l'aéroport lui ont dit qu'il ne pouvait pas entrer à Hong Kong. Quand il a demandé pourquoi, ils lui ont dit à plusieurs reprises que c'était pour des "raisons d'immigration", sans plus de détails.

Roth a déclaré qu'il s'était rendu à Hong Kong à plusieurs reprises et que c'était la première fois qu'on lui refusait l'entrée.

Des manifestations de masse – soutenues par une méfiance à l'égard du Parti communiste au pouvoir en Chine – ont commencé à Hong Kong en juin, avec des manifestants se rassemblant contre un projet de loi d'extradition qui a ensuite été retiré. Le mouvement s'est depuis élargi pour inclure des demandes de réforme électorale et une enquête indépendante sur les allégations de brutalités policières.

Ancienne colonie britannique, Hong Kong a été renvoyée en Chine en 1997. Dans le cadre de «un pays, deux systèmes», le territoire s'est vu promettre des droits démocratiques plus étendus que ceux accordés au continent. Mais les manifestants affirment que leurs libertés s'érodent progressivement sous le président chinois Xi Jinping.

"Mon refus d'entrée est pâle par rapport au harcèlement que subissent régulièrement les militants chinois", a déclaré Roth dans un communiqué de Human Rights Watch.

"Les efforts de la Chine pour interférer avec le travail de groupes internationaux comme Human Rights Watch sont une forme de censure mondiale à laquelle le gouvernement devrait résister avant qu'il ne soit trop tard", a-t-il déclaré.

Comments

0 comments

Tags
Loading...

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

Veiller activer le bloqueur de publicité afin de naviguer sur notre site. Merci pour votre compréhension.