Technologie

Deux satellites disparus ratent de peu la collision au-dessus de Pittsburgh

WASHINGTON, ÉTATS-UNIS –
Mercredi, deux satellites désaffectés se sont échappés après que des experts ont averti qu'ils pourraient entrer en collision à une vitesse combinée de 53 000 kilomètres (33 000 miles) par heure, envoyant des milliers de débris dévaler l'espace.

Les satellites – un télescope spatial international pionnier et un engin expérimental américain voyageant sur des orbites opposées – "se sont croisés sans incident", a déclaré à l'AFP un porte-parole du U.S. Space Command.

Le croisement a eu lieu à 23h39 GMT, à environ 900 kilomètres (560 miles) au-dessus de la ville américaine de Pittsburgh et est venu après que les experts aient placé le risque d'impact entre 1 et 5%, ce qui est considéré comme élevé dans la communauté spatiale.

Les accidents impliquant de gros satellites à très haute vitesse (appelés hypervitesse) sont rares et dangereux, générant des nuages ​​de débris qui mettent en danger les engins spatiaux autour de la planète.

La première fois que cela s'est produit, c'était en 2009 lorsque le satellite de communication actif Iridium 33 a heurté le satellite russe Cosmos 2251 désaffecté, entraînant un champ de débris d'environ 1 000 gros objets en orbite terrestre basse.

Le télescope spatial IRAS (Infrared Astronomical Satellites) a été lancé en 1983 en tant que projet conjoint de la NASA, de la Grande-Bretagne et des Pays-Bas, et sa mission n'a duré que 10 mois.

Il pèse une tonne, selon les données fournies par l'Agence spatiale européenne, et fait environ la taille d'un camion avec des mesures d'environ quatre mètres par trois mètres par deux mètres (12 pieds par 11 pieds par sept pieds).

Le satellite américain expérimental, GGSE-4, a été lancé par l'US Air Force en 1967 et ne pèse que 85 kilogrammes (190 livres) mais a une forme inhabituelle – seulement 60 centimètres (deux pieds) de large mais 18 mètres (60 pieds) de long et il vole verticalement.

S'ils avaient frappé, ils auraient pu créer environ un millier de débris de plus de 10 centimètres et plus de 12 000 fragments de plus d'un centimètre, a expliqué à l'AFP l'astrodynamiciste Dan Oltrogge.

Il y a environ 20 000 morceaux de débris catalogués plus gros qu'une balle molle en orbite autour de la planète, se déplaçant à des vitesses allant jusqu'à 28 000 kilomètres (17 500 miles) par heure, et les opérateurs de satellites doivent ajuster fréquemment leur trajectoire en conséquence, ce qui n'est pas possible une fois qu'un satellite meurt .

Comments

0 comments

Tags
Loading...

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

Veiller activer le bloqueur de publicité afin de naviguer sur notre site. Merci pour votre compréhension.