Le Royaume-Uni ouvre les négociations commerciales de l'UE avec la menace de s'éloigner

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

LONDRES –
La Grande-Bretagne a publié jeudi ses premières demandes de pourparlers commerciaux avec l'Union européenne, présentant une menace brutale de se retirer de la table s'il n'y a pas de progrès dans les quatre mois.

Les deux parties semblent se diriger vers un premier cycle de négociations difficile alors qu'elles tentent de forger une nouvelle relation après le départ du Royaume-Uni du bloc de 27 nations.

La Grande-Bretagne et l'UE disent toutes deux qu'elles veulent parvenir à un accord de libre-échange, mais ont des points de vue très divergents sur la manière dont il devrait être supervisé et ce qui constitue une concurrence loyale entre leurs deux économies.

L'UE dit que la Grande-Bretagne doit accepter de suivre les règles du bloc dans des domaines allant des aides d'État aux protections environnementales et donner aux bateaux européens l'accès aux eaux de pêche du Royaume-Uni, si les deux parties veulent conclure un bon accord.

Mais le Royaume-Uni exige le droit de s'écarter des règles du bloc afin de conclure de nouveaux accords commerciaux dans le monde et de soutenir l'économie britannique.

"Dans la recherche d'un accord, nous ne renoncerons pas à notre souveraineté", a déclaré à la Chambre des communes Michael Gove, le ministre chargé des préparatifs du Brexit.

Le mandat de négociation de la Grande-Bretagne insiste sur le fait que "nous n'accepterons aucune obligation pour que nos lois soient alignées sur celles de l'UE, ou que les institutions de l'UE, y compris la Cour de justice, aient compétence au Royaume-Uni".

Ce conflit sera l'un des principaux obstacles aux pourparlers, qui doivent débuter lundi à Bruxelles.

La Grande-Bretagne a quitté l'UE le 31 janvier mais reste liée par les règles du bloc jusqu'à ce qu'une période de transition post-Brexit se termine le 31 décembre. Un accord de divorce entre les deux parties permet de prolonger la transition de deux ans, mais le Premier ministre britannique Le ministre Boris Johnson insiste sur le fait qu'il n'acceptera pas cela.

Le gouvernement conservateur de Johnson a déclaré que le Royaume-Uni quitterait les structures du bloc – y compris son marché unique pour le commerce des biens et services – à compter du 1er janvier 2021.

La Grande-Bretagne espère d'ici là avoir un accord commercial avec le bloc similaire à celui conclu entre l'UE et le Canada. Un tel accord éliminerait les droits de douane et les quotas sur le commerce et les marchandises, mais il est moins clair ce que cela signifierait pour le secteur des services qui représente les quatre cinquièmes de l'économie britannique.

L'accord UE-Canada a également mis des années à frapper – maintenant, les deux parties n'ont que des mois.

Les directives de négociation de la Grande-Bretagne insistent sur le fait que le temps est limité mais suffisant pour conclure un accord. Le document indique qu'un "aperçu général" d'un accord devrait être fait d'ici juin. Il prévient que s'il n'y a pas suffisamment de progrès d'ici là, le Royaume-Uni pourrait s'éloigner et se concentrer sur "les préparatifs nationaux pour sortir de la période de transition de manière ordonnée".

Il est peu probable que les propos durs de la Grande-Bretagne impressionnent les négociateurs de l'UE, qui accusent déjà Johnson d'essayer d'édulcorer les engagements pris par la Grande-Bretagne dans l'accord de divorce qui a ouvert la voie au départ sans heurt du pays le 31 janvier. Cet accord de retrait a traité de trois grandes questions – les droits des citoyens après le Brexit, les responsabilités de la Grande-Bretagne après 47 ans de service et la nécessité de maintenir une frontière sans friction entre l'Irlande, membre de l'UE, et l'Irlande du Nord, qui fait partie du Royaume-Uni

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus