Les mesures de prévention des virus deviennent violentes dans certaines parties de l'Afrique

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

JOHANNESBURG –
La police a tiré des gaz lacrymogènes sur une foule de navetteurs kenyans alors que le premier jour d'un couvre-feu contre les coronavirus sombrait dans le chaos. Ailleurs, des policiers ont été capturés sur des images de téléphones portables frappant des personnes avec des matraques.

Les mesures de prévention des virus ont pris une tournure violente dans certaines parties de l'Afrique alors que les pays imposent des restrictions et des couvre-feux ou isolent les grandes villes. Les experts de la santé disent que la propagation du virus, bien qu'à un stade précoce sur le continent, ressemble à celle de l'Europe, ajoutant à l'anxiété généralisée. Les cas en Afrique devraient dépasser les 4 000 samedi.

Les abus des nouvelles mesures par les autorités sont une préoccupation immédiate.

Quelques minutes après le début du verrouillage de trois semaines en Afrique du Sud, vendredi, la police a crié sur les sans-abri du centre-ville de Johannesburg et s'en est pris à certains avec des matraques. Certains automobilistes ont été poursuivis, arrêtés, fouillés et appelés "égoïstes". D'autres citoyens ont signalé que la police avait utilisé des balles en caoutchouc. Cinquante-cinq personnes à travers le pays ont été arrêtées.

Au Rwanda, premier pays d'Afrique subsaharienne à imposer un verrouillage, la police a démenti que deux civils abattus lundi aient été tués pour avoir défié les nouvelles mesures, affirmant que les hommes avaient attaqué un officier après avoir été interpellé.

Et maintenant, le Zimbabwe, où la police est largement critiquée par les groupes de défense des droits de l'homme pour ses répressions meurtrières, entre en lock-out de trois semaines lundi, car la poignée de cas de virus du pays menace déjà de submerger l'un des systèmes de santé les plus fragiles du monde.

Au Kenya, l'indignation a été rapide.

"Nous avons été horrifiés par le recours excessif à la force de police" avant le couvre-feu qui a commencé vendredi soir, a déclaré samedi Amnesty International Kenya et 19 autres groupes de défense des droits humains. "Nous continuons de recevoir des témoignages de victimes, de témoins oculaires et de séquences vidéo montrant des policiers agressant joyeusement des membres du public dans d'autres parties du pays."

Les gaz lacrymogènes ont forcé des centaines de personnes essayant d'atteindre un ferry dans la ville portuaire de Mombasa avant le couvre-feu à se toucher le visage alors qu'elles vomissaient, crachaient et essuyaient des larmes, augmentant les risques de propagation du virus, ont déclaré les groupes de défense des droits.

Même certains agents de santé ont déclaré avoir été intimidés par des policiers alors qu'ils tentaient de fournir des services après le couvre-feu, ajoute le communiqué.

Samedi, le ministère kenyan de l'Intérieur a répondu aux critiques dans un communiqué affirmant que le couvre-feu "est destiné à se prémunir contre une menace apparente pour la santé publique. Le briser n'est pas seulement irresponsable mais met également les autres en danger".

Le gouvernement du Kenya n'a pas précisé le nombre de personnes arrêtées. Parce que les tribunaux sont également touchés par les mesures de prévention des virus, tous les cas, sauf graves, seront désormais traités dans les postes de police, a déclaré le gouvernement. Cela signifie que toute personne détenue pour avoir violé le couvre-feu risque de passer du temps dans des cellules surpeuplées.

La Law Society of Kenya ira en justice pour contester le couvre-feu au motif qu'il est inconstitutionnel et a été abusé par la police, a déclaré le président Nelson Havi dans un communiqué. La peine pour avoir brisé un couvre-feu n'est pas un châtiment corporel, a-t-il ajouté.

"Il est évident que COVID-19 sera plus répandu par les actions de la police que par ceux qui auraient enfreint le couvre-feu", a déclaré Havi.

——

Tom Odula au Kenya et Jerome Delay à Johannesburg ont contribué.

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus

No Content Available