Laminute.info: site d'actualité générale

L'envoyé de l'ONU s'attend à un accord de cessez-le-feu au Yémen très bientôt

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

TANZANIE, TANZANIE –
L'envoyé spécial des Nations Unies pour le Yémen a déclaré jeudi que la menace du nouveau coronavirus avait galvanisé les efforts de paix et il attend des parties belligérantes du pays qu'elles s'entendent sur un cessez-le-feu durable et des pourparlers de paix "dans un avenir immédiat".

L'envoyé, Martin Griffiths, a déclaré au Conseil de sécurité de l'ONU que les pourparlers avec le gouvernement du Yémen internationalement reconnu, soutenu par une coalition dirigée par l'Arabie saoudite, et les rebelles chiites soutenus par l'Iran, appelés Houthis, "progressent très bien".

"Je pense que nous progressons vers un consensus sur les propositions, en particulier sur le principe d'un cessez-le-feu à l'échelle nationale", a déclaré l'envoyé. "Et nous redoublons d'efforts pour combler les divergences entre les parties, avant de les convoquer lors d'une réunion où des accords seront déposés, confirmés, je l'espère, et publiés".

L'arrivée de la pandémie de coronavirus au Yémen, qui a signalé son premier cas plus tôt ce mois-ci, menace des souffrances plus profondes et plus répandues dans le pays le plus pauvre du monde arabe, convulsé par la guerre civile depuis 2014, lorsque les Houthis ont pris le contrôle du nord du pays, y compris la capitale, Sanaa. La coalition militaire dirigée par l'Arabie saoudite est intervenue contre les Houthis l'année suivante, menant des frappes aériennes incessantes et un blocus du Yémen.

Le conflit a tué plus de 100 000 personnes et créé la pire crise humanitaire au monde, laissant des millions de personnes souffrant de pénuries de nourriture et de soins médicaux et poussant le pays au bord de la famine.

"Il ne peut pas y avoir de moment plus opportun pour les deux parties de s'engager à faire taire les armes et à mettre fin au conflit par une solution politique pacifique", a-t-il déclaré.

Vendredi dernier, Griffiths a remis aux belligérants des propositions révisées pour un cessez-le-feu à l'échelle nationale, la reprise des pourparlers de paix et des mesures pour stimuler l'économie et alléger les souffrances du peuple yéménite.

La coalition dirigée par l'Arabie saoudite a lancé un cessez-le-feu unilatéral le 9 avril en réponse à l'appel du Secrétaire général Antonio Guterres à l'arrêt des hostilités dans tous les conflits mondiaux pour s'attaquer au COVID-19, la maladie causée par le virus. Mais les Houthis ont rejeté l'offre comme un stratagème et les affrontements se sont poursuivis depuis, jetant un doute sur un futur accord de paix.

Les récents combats intenses ont été décrits par les observateurs comme la pire violence depuis plus de deux ans. Les deux parties se sont mutuellement accusées de violations dans les principales provinces centrales de Marib et Bayda, ainsi que dans la province montagneuse du nord de Jawf. L'armée yéménite a accusé mercredi les Houthis d'avoir violé la trêve 183 fois en 48 heures avec des attaques de missiles balistiques. Le porte-parole militaire rebelle, Yehia Sarea, a déclaré que la coalition dirigée par l'Arabie saoudite avait lancé 230 frappes aériennes depuis le début de son cessez-le-feu.

Griffiths a reconnu les violations mais a déclaré que lors de ses discussions avec le chef rebelle, Abdel-Malik al-Houthi "avait toujours communiqué son désir de mettre fin à cette guerre".

"Malheureusement, les activités militaires se poursuivent sur un certain nombre de fronts malgré de nombreux appels des Yéménites et de la communauté internationale pour que cela cesse", a déclaré Griffiths. "Plus tôt nous pourrons arrêter les combats, mieux ce sera."

Griffiths a déclaré au Conseil de sécurité qu'il était en négociations constantes sur les détails et le libellé de ses accords proposés. "Nous attendons d'eux qu'ils se mettent d'accord sur ces accords et les adoptent officiellement dans un avenir immédiat", a-t-il déclaré.

Les infrastructures sanitaires du Yémen étant dégradées et le système immunitaire des populations plus vulnérable après cinq ans de guerre, a déclaré le chef humanitaire de l'ONU, Mark Lowcock, "les épidémiologistes avertissent que COVID-19 au Yémen pourrait se propager plus rapidement, plus largement et avec des conséquences plus meurtrières que dans de nombreux autres pays".

Lowcock a déclaré au Conseil de sécurité qu'au cours du premier trimestre de 2020, le nombre de victimes civiles a augmenté chaque mois au Yémen, avec plus de 500 personnes tuées ou blessées et un tiers des enfants victimes. Il a averti que 31 des 41 grands programmes de l'ONU "commenceront à fermer dans les prochaines semaines si nous ne pouvons pas obtenir de fonds supplémentaires" – dont beaucoup "qui pourraient offrir aux Yéménites la meilleure chance d'éviter COVID-19".

Cela pourrait signifier que jusqu'à 1 million de personnes déplacées ne recevront pas de fournitures essentielles et que les programmes de nutrition seront coupés, "affectant 260 000 enfants souffrant de malnutrition sévère et 2 millions d'enfants de plus souffrant de malnutrition modérée", a-t-il déclaré.

L'Organisation mondiale de la santé estime que 80% des services de santé fournis par l'ONU "pourraient cesser fin avril", a déclaré Lowcock, ajoutant que les agences des Nations Unies estiment avoir besoin de plus de 900 millions de dollars pour poursuivre leur travail jusqu'en juillet.

Il a remercié l'Arabie saoudite pour son engagement la semaine dernière de 500 millions de dollars pour les travaux dirigés par l'ONU et de 25 millions de dollars pour les activités COVID-19, mais a déclaré que les promesses de dons ne résolvent pas le problème – les fonds réels le feraient.

——

L'écrivaine d'Associated Press Isabel DeBre a contribué à ce rapport.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus