Le président de Madagascar vante la boisson aux herbes contre COVID-19

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

ANTANANARIVO, MADAGASCAR –
Alors que leur lycée a rouvert après avoir été fermé pendant un mois en raison du coronavirus, des étudiants de la capitale de Madagascar ont reçu des masques faciaux et une petite bouteille d'extrait de plantes qu'on leur a dit de boire pour les protéger du COVID-19.

Beaucoup grimaçant à son goût amer, les élèves ont avalé la boisson et sont entrés à l'école pour reprendre les cours, où ils étaient maintenant assis un à un bureau au lieu de deux, pour une distance plus sûre.

Le président de Madagascar, Andry Rajoelina, a fait la promotion de la boisson, Covid Organics, à la télévision nationale, affirmant qu'elle "changera le cours de l'histoire".

Il n'y a aucun médicament approuvé pour COVID-19 et de nombreux traitements et vaccins sont actuellement testés dans le monde.

Madagascar, une nation insulaire de l'océan Indien de 26 millions d'habitants, compte actuellement 128 cas enregistrés de Covid-19 et aucun décès.

La boisson à base de plantes n'a pas été testée scientifiquement et il n'y a aucune preuve qu'elle fonctionne contre COVID-19. Mais le président en fait la promotion avec enthousiasme.

"Ce que nous voulons faire aujourd'hui, c'est vulgariser cette boisson pour protéger notre population", a déclaré Rajoelina à la télévision, puis a bu une bouteille de la concoction.

La boisson est distribuée gratuitement dans certaines écoles qui rouvrent et dans les quartiers pauvres. Ailleurs, il est vendu pour environ 30 cents pour une bouteille de 11 onces.

La boisson a été développée par l'Institut Malgache de Recherche Appliquée, une organisation privée qui depuis plus de 30 ans étudie les utilisations des médecines traditionnelles de Madagascar. L'étiquette sur la bouteille ne répertorie pas les ingrédients, mais le président a déclaré qu'elle était fabriquée à partir d'artemisia, une racine amère utilisée dans certains médicaments contre le paludisme.

Les experts médicaux critiquent la boisson, soulignant qu'aucun test scientifique n'a été effectué à ce sujet.

"Les preuves scientifiques de son efficacité n'ont pas été prouvées. Il est probable que cela pourrait réellement nuire à la santé de la population, en particulier celle des enfants", a déclaré le président de l'Académie de médecine de Madagascar, Marcel Razanamparany, dans un communiqué.

En l'absence de médicaments approuvés pour COVID-19, certaines personnes dans le monde ont recours à des thérapies non éprouvées, parfois avec le soutien de chefs de gouvernement. Selon des experts, des tests rigoureux des plantes médicinales et autres remèdes traditionnels sont nécessaires.

Le National Institutes of Health des États-Unis a mis en garde contre les médecines alternatives – y compris certaines thérapies à base de plantes et les thés – pour traiter ou prévenir le COVID-19, affirmant qu'il n'y avait aucune preuve de leur efficacité et que certaines pourraient être dangereuses.

"Il est de la responsabilité de ceux qui fabriquent une boisson à base de plantes de montrer la preuve scientifique que leurs allégations sont valables", a déclaré le Dr Stephen Barrett, un psychiatre à la retraite qui dirige Quackwatch, un site Web sur les thérapies médicales non éprouvées.

"Il s'agit d'un problème mondial, avec des produits non testés promus comme traitements", a-t-il déclaré. "L'argent dépensé pour produire cela pourrait être mieux dépensé à Madagascar pour vacciner les enfants contre la rougeole et d'autres maladies infantiles."

Madagascar est actuellement aux prises avec une épidémie de rougeole, qui a tué l'an dernier près de 1 000 enfants.

À Madagascar, la boisson à base de plantes a été développée ces dernières semaines et sera également vendue dans de plus grandes bouteilles de 1 litre pour l'équivalent de 80 cents et en sachets de thé pour 2,60 $ pour une boîte de 14.

Devant le lycée Ampefiloha, au centre de la capitale Antananarivo, des centaines d'élèves en dernière année ont pris le verre pour retourner en classe.

"J'avais un peu peur de ce remède au début mais j'ai vu un programme télévisé où le président de la république l'a bu donc je ne suis plus inquiet", a expliqué Hugo Ramiakatrarivo. "Ils disent que ça renforce l'immunité, mais je ne sais pas si ça va marcher. Mes parents m'ont dit de ne pas prendre ce médicament. Ils m'ont même dit de ne pas aller à l'école aujourd'hui car l'épidémie n'est pas finie et surtout de ne pas boire ça" Ils ont vraiment peur. Mais j'ai décidé de venir étudier car nous avons notre examen à la fin de l'année. "

Les cours ont été suspendus le 23 mars par les autorités malgaches après l'annonce des premiers cas de COVID-19 dans le pays.

Le directeur de l'école, Mamisoa Randrianjafy, a rassuré les élèves sceptiques.

"C'est une tisane comme nous en avons l'habitude", a-t-il expliqué, disant que c'est comme beaucoup d'autres remèdes à base de plantes populaires à Madagascar. Il a dit que si les étudiants refusaient la boisson, ils ne seraient pas autorisés à assister aux cours.

Le secrétaire général du ministère de l'Éducation nationale, Herimanana Razafimahefa, a déclaré que la boisson sera donnée à tous les étudiants de la capitale et de deux autres villes où COVID-19 a été confirmé.

Au lycée d'Ampefiloha, Deborah Andrianary, 19 ans, a bu quelques gorgées de boisson.

"C'est amer et un peu sucré à la fois, donc ça m'a donné envie de vomir", a-t-elle déclaré. "Je n'ai pas peur de le boire parce que j'ai l'habitude des tisanes, mais le goût est vraiment bizarre. Je ne sais pas si je vais finir cette bouteille."

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus