Un virus pousse les danseurs transgenres du Pakistan hors de chez eux

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

ISLAMABAD, PAKISTAN –
Avant la fermeture du virus, le danseur Adnan Ali s’était taillé une vie confortable lors de fêtes pour les jeunes mariés et les nouveau-nés, évitant ainsi les difficultés financières rencontrées par de nombreux membres de la communauté transgenre du Pakistan.

Mais la fermeture des salles de mariage et les célébrations abandonnées où elle se tordait et tournoyait devant des foules applaudissantes ont gelé ses revenus, la forçant à quitter l’appartement d’une chambre qu’elle louait dans une banlieue riche d’Islamabad.

Maintenant, elle partage une chambre individuelle exiguë dans un refuge avec d’autres danseurs transgenres qui ont également perdu du travail en raison d’un verrouillage à l’échelle nationale déclenché par la pandémie.

« Je veux reprendre une routine, danser à nouveau et faire quelque chose de bien dans ma vie », a déclaré Ali, assis pieds nus sur les marches de la maison dans la capitale pakistanaise.

Les transgenres dans le pays sont connus sous le nom de « khawajasiras » ou « hijras » – un terme générique désignant un troisième sexe qui inclut les femmes transgenres et les travestis.

Beaucoup prétendent être les héritiers culturels des eunuques qui ont prospéré dans les cours des empereurs moghols qui ont régné sur le sous-continent indien pendant deux siècles jusqu’à ce que les Britanniques arrivent au 19e siècle et les interdisent.

Ils sont traditionnellement sollicités pour des rituels tels que la bénédiction des nouveau-nés ou pour donner vie aux mariages et fêtes, dans un pays où il est considéré comme non islamique pour une femme de danser devant les hommes.

Le Pakistan est devenu l’un des premiers pays au monde à reconnaître légalement un troisième sexe en 2009 et a commencé à délivrer des passeports transgenres à partir de 2017. Plusieurs se sont également présentés aux élections.

Malgré ces signes d’intégration, ils sont largement rejetés par la société, victimes de coups et de viols. Ceux qui n’arrivent pas à joindre les deux bouts en tant que danseurs sont souvent condamnés à une vie de mendicité ou de travail du sexe.

En dehors de la joie de danser, la vie de Mena Gul, 26 ans, a toujours été ressentie comme une forme d’isolement.

« Nous avons été mis en quarantaine toute notre vie, nous ne pouvons pas sortir et nous cachons nos visages chaque fois que nous quittons nos maisons », a-t-elle expliqué à l’AFP, sa garde-robe de robes éblouissantes négligée.

Maintenant, elle a laissé la sécurité de l’appartement qu’elle partageait avec d’autres danseurs dans la ville de Peshawar, dans le nord-ouest, et a emménagé dans une pièce dans l’un des bidonvilles de la ville.

Survivre grâce aux dons

Alors que le Pakistan appauvri a assoupli la fermeture de ses entreprises, même si un nombre record de nouveaux cas sont signalés presque quotidiennement, les salles de mariage n’ont pas été autorisées à rouvrir.

Au cours des derniers mois, le refuge, qui a déjà aidé une douzaine de personnes transgenres, s’est gonflé pour offrir de la nourriture à plus de 70 personnes, soutenu par des dons locaux.

Les quelques chambres qu’il propose ont été rapidement remplies, certaines dormant par terre pour maximiser l’espace.

La maquilleuse Nadeem Kashish, qui a fondé le refuge, a dû refouler de nombreuses personnes. Dans la rue, des dizaines de personnes expulsées du travail supplient les passants de se nourrir.

« Je peux voir que les problèmes vont augmenter à l’avenir, ça ne va pas finir, l’incertitude a créé des problèmes mentaux et physiologiques », a déclaré Kashish, se demandant si les danseurs pourraient retrouver la liberté financière qu’ils avaient autrefois.

La danse est un moyen d’éviter une vie de mendicité ou de travail du sexe pour de nombreux membres de la communauté transgenre marginalisée, qui compterait des centaines de milliers au Pakistan selon des études menées par des groupes à but non lucratif et des organisations de développement.

La peur de contracter le virus a poussé de nombreux travailleurs du sexe à cesser d’offrir des services, ce qui les a plongés davantage dans la pauvreté.

« Ils étaient déjà confrontés à une humiliation sociale et un isolement accru augmente leur stress et leur anxiété », a déclaré Taimur Kamal, un militant des droits des transgenres, à propos des personnes contraintes de quitter le travail.

Pour Ali, le mois islamique du Ramadan, qui se termine ce week-end, devrait être un moment propice à l’excitation des célébrations et des festins entre amis.

Maintenant, elle passe son temps à chercher des dons pour l’abri surchargé.

« Je rêve d’un moment où ce truc corona est terminé et je recommence à jouer en soirée. »

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus