Technologie

Le meilleur moment de l’adolescence à Montréal: publication dans une prestigieuse revue médicale

Thomas Khairy est le principal auteur d’un article intitulé Infections associées aux stimulateurs cardiaques et défibrillateurs stérilisés publié plus tôt ce mois-ci.

Thomas a travaillé avec des chercheurs de l’Institut de Cardiologie de Montréal qui mènent un projet de longue durée qui envoie des stimulateurs cardiaques et des défibrillateurs usagés à des patients dans le besoin en République dominicaine, au Mexique, au Honduras, au Guatemala, à Cuba et en Équateur.

Lorsque les chercheurs de l’ICM ne savaient pas combien de vies avaient été sauvées grâce à leur travail pour restériliser des machines prises à des personnes décédées pour les réutiliser dans d’autres, Thomas s’est efforcé de le découvrir. Une fois qu’il a mis en place une base de données de suivi de tous les receveurs – 1 748 en tout – il a alors eu l’idée d’étudier la sécurité de la restérilisation en termes de taux d’infection.

L’étude a inclus 1 051 bénéficiaires et lui et l’équipe ont comparé chacun de leurs résultats avec trois patients au Canada utilisant de nouveaux stimulateurs cardiaques ou défibrillateurs. La recherche, la première du genre, a conclu que les taux d’infection entre les deux groupes «ne différaient pas de manière significative».

Le regretté Dr Rafael Castan a fondé le programme de réutilisation d’appareils cardiaques implantables Heart to Heart de Montréal en 1983.

Castan, qui a vu les conditions médicales dans son pays natal, la République dominicaine, a décidé de prendre des appareils cardiaques vitaux qui seraient normalement jetés et de les remettre en service chez d’autres qui ne pourraient pas se le permettre autrement.

Thomas a produit un projet d’expo-sciences sur l’initiative à l’âge de 12 ans et dit qu’il n’a jamais été prévu de le publier. Il vient juste de prouver la sécurité de l’effort humanitaire de l’ICM.

“Bien que nous ayons atteint cet objectif, tout ce qui s’est passé ensuite est tout simplement incroyable et je ne l’ai jamais vu venir”, a déclaré Thomas dans Your Morning Friday de CTV. Il espère que cela conduira à plus de restérilisation et de réutilisation des dispositifs médicaux.

Thomas vient naturellement à son intérêt et à ses aptitudes. Son père est le cardiologue de l’ICM, le Dr Paul Khairy, qui faisait partie de l’équipe de l’ICM sur le projet, avec des cardiologues en Amérique centrale.

Thomas dit que l’aide qu’il a reçue pour accumuler des données précises était la raison pour laquelle il pouvait répondre aux normes de publication exigeantes du New England Journal of Medicine. C’est l’équipe de l’ICM qui a mené la charge pour publier la recherche, mais ils ont mis Thomas en garde de ne pas faire monter ses espoirs.

Il a fallu à l’adolescent environ un an d’écriture et de réécriture, puis d’avant en arrière avec les éditeurs du NEJM pour prouver l’exactitude des données.

Il était encore plus difficile de garder la nouvelle de la publication secrète de ses amis pendant qu’elle restait sous embargo. Recevoir un e-mail disant qu’il serait publié alors qu’il voyageait dans un bus scolaire pour une sortie en classe il y a des mois était le “meilleur moment de ma vie” mais il a dû prétendre, au moins pendant un certain temps, que cela ne s’était pas produit.

CTVNews.ca a cherché à savoir si Thomas est le plus jeune jamais publié dans le NEJM. Un porte-parole a déclaré par e-mail: “Il est impossible de savoir s’il est le plus jeune, mais nous pensons qu’il doit être parmi les plus jeunes”.

Thomas a également présenté ses recherches lors d’une expo-sciences à son école secondaire privée de Montréal, recevant une note parfaite de 100%. Le projet a également remporté une médaille d’argent à la finale de l’Expo-sciences pancanadienne en 2018.

Il se concentre désormais sur l’obtention de bonnes notes et l’entrée à l’école de médecine, et sur la voie de devenir médecin. En septembre, il commence ses études en sciences de la santé au Marianopolis College, un collège privé de Westmount, au Québec.

Il a l’intention de suivre une formation en cardiologie à l’Institut de santé de Montréal, mais il ne s’engage pas pour l’instant.

Comments

0 comments

Tags
Loading...

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

Veiller activer le bloqueur de publicité afin de naviguer sur notre site. Merci pour votre compréhension.