Le centre de haute technologie de Jérusalem fait craindre l’expulsion des Palestiniens

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Les propriétaires d’entreprises palestiniens de Jérusalem-Est occupée craignent d’être contraints de fermer boutique par les autorités israéliennes en raison de leur projet de construire un vaste centre de haute technologie dans leur quartier.

La principale artère à travers la région de Wadi el-Joz, près de la vieille ville de Jérusalem, est bordée d’ateliers de mécanique et bourdonne généralement au son des klaxons de voiture. Mais les propriétaires d’entreprises sont confrontés à un avenir incertain, craignant que plus de 200 locaux ne soient fermés, y compris des garages et des restaurants populaires.

Fathi al-Kurd, dont l’atelier a ouvert ses portes en 1966, craint que lui et ses deux fils ne se voient proposer un autre emplacement. « Mon fils a quatre enfants, s’il ne travaille pas pendant une semaine, ses enfants mourront de faim », a expliqué à l’AFP ce jeune homme de 77 ans. « Nous ne pouvons pas affronter ce gouvernement (municipal), mais nous demandons qu’il nous offre au moins une alternative », a-t-il ajouté.

Son fils Muhannad al-Kurd, un électricien automobile, a déclaré qu’un responsable municipal leur avait rendu visite l’été dernier et avait averti: « l’expulsion arrive. » Jérusalem-Est a été occupée par Israël lors de la guerre des Six Jours de 1967 et annexée par la suite à une décision jamais reconnue par la communauté internationale.

La municipalité de Jérusalem vise à créer un « nouveau centre de haute technologie » qui « réduirait les écarts sociaux et les inégalités économiques à Jérusalem-Est », selon la mairie. Le projet de 2,1 milliards de shekels (600 millions de dollars) a alloué 250 000 mètres carrés (2,7 milliards de pieds carrés) de terrain au parc technologique. 50 000 mètres carrés supplémentaires ont été réservés à d’autres entreprises et le même montant aux hôtels. Dans une vidéo, la municipalité de Jérusalem vante la position centrale et le « potentiel » de Wadi al-Joz, qui se trouve près des routes principales.

Le projet est accompagné du slogan «Les rêves deviennent réalité: Silicon Wadi».

‘Commencer à partir de zéro’

Plusieurs familles palestiniennes possèdent des terres dans la zone industrielle de Jérusalem-Est, dont Naif al-Kiswani qui dit qu’elles seront inévitablement entraînées dans le projet israélien. « Je veux être indemnisé financièrement et avoir des licences pour construire des magasins, des entreprises et des appartements », a-t-il dit, assis dans sa quincaillerie.

Kiswani a confirmé que des discussions sur le réaménagement étaient en cours avec des responsables israéliens, une réunion étant prévue prochainement entre les propriétaires palestiniens et le maire adjoint de Jérusalem. « Le projet existe et notre refus ne changera rien, mais nous ne devons pas tout perdre », a-t-il déclaré.

Les inquiétudes concernant le réaménagement surviennent alors que les entreprises rouvrent progressivement, après que des mesures pour lutter contre le nouveau coronavirus ont mis la ville au point mort. Muhannad al-Kurd a déclaré que ses revenus avaient chuté de 70% ces derniers mois et que le nouveau projet pourrait entraîner de nouvelles pertes financières.

« Cette expulsion nous fera repartir de zéro », a-t-il déclaré.

Des pertes «dévastatrices»

Portant un masque facial dans le garage où il travaille, Khalil al-Hawash a déclaré que le projet vise à « vider la ville des Palestiniens ». Debout devant un panneau pour le garage en arabe et en hébreu, il voulait savoir s’il y aurait compensation ou aide à déménager ailleurs.

L’économiste Mohammed Qirsh dit que si les propriétaires d’entreprises sont expulsés sans réparation financière, l’impact serait « dévastateur ». La mairie affirme que le projet créera 10 000 emplois à Jérusalem-Est et augmentera le taux d’emploi des femmes. Il s’agit de « renforcer la confiance entre les habitants de cette partie de la ville, la mairie et le gouvernement », a déclaré la municipalité.

Certaines des personnes concernées par les plans de réaménagement visent à former un comité pour contester la décision. Le maire de Jérusalem, Moshe Lion, a déclaré que le projet constituait une « véritable révolution et créera de l’espoir ». Le président de la Chambre de commerce palestinienne à Jérusalem, Kamal Obidat, l’a décrit comme un plan de « liquidation » de parties de la ville et de « judaïsation ». Son travail à Jérusalem et celui du gouvernement palestinien sont interdits par Israël.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus