Les États-Unis mettent fin aux exportations de produits de défense vers Hong Kong à cause de la loi chinoise

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

L’administration Trump a déclaré lundi qu’elle interdirait les exportations de produits de défense à Hong Kong et exigerait bientôt des licences pour la vente d’articles à Hong Kong à usage civil et militaire.

Le secrétaire d’État Mike Pompeo a annoncé cette mesure alors que la Chine allait de l’avant avec l’imposition d’une nouvelle loi sur la sécurité nationale pour Hong Kong que beaucoup craignent que Pékin et le Parti communiste chinois utilisent pour réprimer la dissidence dans l’ancien territoire britannique.

L’administration a averti pendant des semaines qu’elle prendrait des mesures pour mettre fin au commerce américain spécial et aux préférences commerciales dont Hong Kong bénéficiait depuis le retour à la domination chinoise en 1997. Parmi ces avantages figurait la possibilité pour Hong Kong d’importer du matériel de défense américain que la Chine n’est pas autorisée à. Hong Kong a également pu importer des articles américains à double usage sans obtenir les licences requises pour les mêmes ventes en Chine continentale.

« Les États-Unis sont obligés de prendre cette mesure pour protéger la sécurité nationale américaine », a déclaré Pompeo dans un communiqué. «Nous ne pouvons plus distinguer entre l’exportation d’articles contrôlés vers Hong Kong ou vers la Chine continentale. Nous ne pouvons pas risquer que ces articles tombent entre les mains de l’Armée populaire de libération, dont le principal objectif est de maintenir la dictature du PCC par tous les moyens nécessaires. »

« Il ne nous fait aucun plaisir de prendre cette mesure, qui est une conséquence directe de la décision de Pékin de violer ses propres engagements en vertu de la Déclaration commune sino-britannique enregistrée aux Nations Unies », a-t-il déclaré. « Nos actions ciblent le régime, pas le peuple chinois Mais étant donné que Pékin considère désormais Hong Kong comme «un pays, un système», nous devons aussi le faire. »

La déclaration sino-britannique promettait que Hong Kong conserverait sa démocratie et ses droits démocratiques pendant au moins 50 ans après 1997 dans le cadre de ce que Pékin a appelé la politique «un pays, deux systèmes».

Pompeo a déclaré que les États-Unis continueraient à examiner les autres préférences dont Hong Kong bénéficiait et « prendraient des mesures supplémentaires pour refléter la réalité sur le terrain à Hong Kong ».

Vendredi, le Département d’État a annoncé qu’il interdirait aux États-Unis les responsables de violations des droits de l’homme à Hong Kong. La Chine a déclaré lundi qu’elle riposterait en imposant des restrictions sur les visas aux Américains qu’elle considère avoir « mal performé » sur les questions concernant Hong Kong.

Le législateur chinois devrait adopter mardi une loi sur la sécurité nationale pour Hong Kong qui, selon les critiques, limitera gravement la politique d’opposition et la liberté d’expression dans la ville.

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus

No Content Available