L’Allemagne sonde un employé du bureau de presse du gouvernement pour espionnage en faveur de l’Égypte

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Les autorités allemandes étudient si un employé du service de presse du gouvernement a travaillé pendant des années pour un service de renseignement égyptien, selon l’Office fédéral de la protection de la Constitution (BfV) du pays européen.

L’agence de renseignement nationale a indiqué dans son rapport annuel, rendu public jeudi, que des « mesures exécutives » avaient été prises contre l’homme en décembre sur ordre du procureur fédéral. Elle n’a pas donné plus de détails et a indiqué que l’enquête se poursuivait.

Le bureau de presse du gouvernement a refusé de commenter l’affaire jeudi soir, a fait savoir l’agence de presse dpa. Le bureau est dirigé par le porte-parole en chef de la chancelière Angela Merkel, Steffen Seibert, et n’est pas situé à la chancellerie mais dans un siège séparé à environ un kilomètre (un demi-mile).

L’an dernier, il comptait quelque 476 employés, dont 418 à Berlin et le reste dans l’ancienne capitale allemande, Bonn.

Le BfV a déclaré que les services de renseignement étrangers et nationaux égyptiens sont actifs en Allemagne, principalement pour tenter d’obtenir des informations sur les opposants au gouvernement qui y vivent.

« Il semble que les services égyptiens tentent de recruter des Égyptiens vivant en Allemagne à des fins de renseignement grâce à leurs visites dans les missions diplomatiques égyptiennes en Allemagne et à leurs voyages en Égypte », indique le rapport.

Mis à part un bref intermède à la suite du soulèvement populaire qui a renversé le président Hosni Moubarak en 2011, l’Égypte est dirigée par l’armée depuis 1952.

L’armée est très visible dans la vie publique égyptienne, avec d’anciens hauts gradés servant actuellement de ministres et de gouvernorats.

L’actuel président Abdel Fattah el-Sissi a dirigé le renversement par l’armée du président élu Mohamed Morsi en 2013 à la suite de manifestations de masse contre le régime du leader.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus