Monde

Le tribunal de première instance de l’ONU soutient le Qatar dans un conflit avec ses voisins

La Cour suprême des Nations Unies a soutenu mardi le Qatar dans un différend avec quatre voisins qui a imposé un blocus aérien contre Doha il y a plus de trois ans.

La Cour internationale de justice (CIJ), basée à La Haye, a rejeté l’appel de Bahreïn, de l’Égypte, de l’Arabie saoudite et des Émirats arabes unis contre une décision de l’organisme mondial de l’aviation civile en faveur du Qatar sur l’espace aérien souverain, a déclaré le président de la CIJ, Abdulqawi Ahmed Yusuf.

Le tribunal « estime également que l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI) est compétente » dans l’affaire, par 15 juges contre un, a indiqué Yusuf.

L’OACI a jugé en 2018 qu’elle avait compétence pour connaître d’un différend porté par le Qatar, qui accusait ses voisins d’avoir violé une convention qui réglemente le libre passage de ses avions de passagers à travers l’espace aérien étranger.

Mais les quatre alliés n’étaient pas d’accord, affirmant que l’OACI n’était pas l’instance appropriée pour juger le différend et que sa décision de le faire était « manifestement viciée et contraire aux principes fondamentaux d’une procédure régulière et du droit d’être entendu ».

Ils avaient demandé à la CIJ de déclarer la décision de l’organisme de l’aviation « nulle et non avenue et sans effet ».

Doha a salué mardi une décision de la CIJ, affirmant que les pays bloquants seront jugés pour avoir violé les règles internationales.

« Nous nous félicitons de la décision prise aujourd’hui par la CIJ selon laquelle les États faisant le blocus seront finalement traduits en justice pour avoir violé les règles de l’aviation internationale », a déclaré le ministre des Transports et des Communications du Qatar, Jassim Saif Ahmed al-Sulaiti.

En juin 2017, les quatre États ont rompu collectivement les relations diplomatiques avec le Qatar et imposé un embargo aérien, terrestre et maritime sur le pays du Golfe, l’accusant de soutenir le terrorisme. Le gouvernement qatari a nié cette accusation, qualifiant le blocus d’injustifié et de violation du droit international.

L’année dernière, la CIJ – créée en 1946 pour statuer sur les différends entre les États membres de l’ONU – a rejeté une demande des Émirats arabes unis de prendre des mesures spéciales contre le Qatar, après que Doha a remporté un procès devant la CIJ en 2018 pour discrimination présumée à l’encontre de ses citoyens.

Doha a de nouveau accusé en juin l’alliance dirigée par l’Arabie saoudite de refuser de s’engager dans des efforts pour résoudre la crise qui, selon elle, étaient soutenus par les États-Unis.

Comments

0 comments

Tags
Loading...

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

Veiller activer le bloqueur de publicité afin de naviguer sur notre site. Merci pour votre compréhension.