Apple remporte un procès devant l’UE pour plus de 15 milliards de dollars de taxes déclarées

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

BRUXELLES – Un tribunal de l’Union européenne a prononcé mercredi un coup de marteau aux tentatives du bloc de limiter les accords fiscaux entre les multinationales et les différents pays membres lorsqu’il a statué que le géant de la technologie Apple n’a pas à payer 13 milliards d’euros (15 milliards de dollars) en impôt à l’Irlande.

La Commission européenne avait affirmé en 2016 qu’Apple avait conclu un accord fiscal illégal avec les autorités irlandaises lui permettant de payer des tarifs extrêmement bas. Mais le Tribunal européen a déclaré mercredi que « la Commission n’a pas réussi à démontrer au niveau juridique requis qu’il y avait un avantage ».

« La Commission a eu tort de déclarer » qu’Apple « s’était vu octroyer un avantage économique sélectif et, par extension, une aide d’État », a déclaré le tribunal luxembourgeois, le deuxième plus élevé de l’UE.

La Commission européenne a ordonné à Apple de payer le sous-paiement brut de l’impôt sur les bénéfices à travers le bloc européen de 2003 à 2014. La commission a déclaré qu’Apple avait utilisé deux sociétés écrans en Irlande pour déclarer ses bénéfices à l’échelle européenne à des taux effectifs bien inférieurs à 1%.

Dans de nombreux cas, les multinationales peuvent payer des impôts sur la majeure partie de leurs revenus dans les 27 pays de l’UE dans le seul pays de l’UE où elles ont leur siège régional. Pour Apple et de nombreuses autres grandes sociétés technologiques, c’est l’Irlande. Pour les petits pays de l’UE comme l’Irlande, cela aide à attirer des entreprises internationales et même un petit montant de recettes fiscales leur est utile. Le résultat net, cependant, est que les entreprises finissent souvent par payer des impôts très bas.

La décision ne peut être portée en appel que sur des points de droit et la vice-présidente de la Commission, Margrethe Vestager, a déclaré qu’elle étudiait le jugement et qu’elle « réfléchira sur les prochaines étapes possibles ».

Le gouvernement irlandais a salué la décision, affirmant « qu’aucun traitement spécial n’a été accordé » à la société américaine. Apple a également déclaré qu’elle était satisfaite de la décision, faisant valoir que l’affaire ne portait pas sur le montant de la taxe qu’elle paie, mais dans quel pays. Le PDG d’Apple, Tim Cook, avait précédemment qualifié la demande de l’UE de retenues d’impôts de « merde politique totale ».

La défaite est particulièrement douloureuse pour Vestager, qui fait campagne depuis des années pour éliminer les accords fiscaux spéciaux. Trump l’a qualifiée de «dame de l’impôt» qui «déteste vraiment les États-Unis»

Malgré le revers, elle a juré de continuer le combat. « La Commission continuera à examiner les mesures agressives de planification fiscale en vertu des règles de l’UE en matière d’aides d’État afin d’évaluer si elles aboutissent à des aides d’État illégales », a-t-elle déclaré.

Le réseau Eurodad de 49 organisations de la société civile a déclaré que la décision montrait la dureté de toute politique fiscale. «  » Si nous avions un bon régime d’imposition des sociétés, nous n’aurions pas besoin de longs procès pour savoir s’il est légal pour les multinationales de payer moins de 1% d’impôts « , a déclaré Tove Maria Ryding d’Eurodad.

Même si la fiscalité reste sous l’autorité de ses pays membres, l’UE cherche à créer des conditions de concurrence équitables entre les 27 pays en s’assurant que les offres spéciales, y compris les taux d’imposition ultra bas avec les multinationales, sont éliminées.

La décision de mercredi nuira à cela.

Le législateur des Verts européens Sven Giegold a déclaré que le verdict « est un énorme revers dans la lutte contre le dumping fiscal en Europe. Les règles de l’UE en matière d’aides d’État sont clairement totalement insuffisantes pour s’attaquer au problème. Ce doit être un signal d’alarme. »

La décision intervient à un moment où les revenus fiscaux des pays de l’UE sont particulièrement bienvenus en raison de l’impact économique de la pandémie de coronavirus. À un moment où les ménages à court d’argent souffrent, l’UE veut s’assurer que les multinationales réalisant des bénéfices sur le continent paient également leur juste part.

« Dans des moments comme ceux-ci, lorsque nous adoptons des plans de relance économique de plusieurs milliards d’euros, nous ne pouvons pas nous permettre de gaspiller un seul centime de recettes fiscales », a déclaré le législateur européen Markus Ferber du groupe démocrate-démocrate du PPE.

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus

No Content Available