Des journalistes attaqués au Yémen, selon le chef des droits humains de l’ONU

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Le chef des droits humains de l’ONU a déclaré jeudi que des journalistes étaient attaqués de toutes parts au Yémen, citant des meurtres, des disparitions et des condamnations à mort.

Michelle Bachelet, la Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, a exhorté toutes les parties au conflit au Yémen à libérer les journalistes détenus.

Le pays déchiré par la guerre est en proie à ce que l’ONU appelle la pire crise humanitaire du monde.

« Les personnes responsables de rendre compte des atrocités commises pendant le conflit armé et de la douleur et des souffrances endurées par les civils qui l’accompagnent sont elles-mêmes visées », a déclaré Bachelet.

«Les journalistes sont attaqués de toutes parts. Ils sont tués, battus et ont disparu; ils sont harcelés et menacés; et ils sont emprisonnés et condamnés à mort pour avoir simplement tenté de faire la lumière sur la brutalité de cette crise.

Depuis le début du conflit en mars 2015, le Bureau des droits de l’homme des Nations Unies (HCDH) a recensé 357 violations des droits de l’homme et abus contre des journalistes, dont 28 meurtres, deux disparitions forcées et un enlèvement, sans oublier de nombreuses agressions, arrestations et menaces de mort. .

Le HCDH a déclaré que depuis avril de cette année, il avait documenté un assassinat, un enlèvement, trois cas d’arrestations et de détentions arbitraires, la condamnation à mort de quatre journalistes en violation du droit international des droits de l’homme et l’emprisonnement de six autres, trois agressions physiques et menaces. de violence physique.

Les quatre journalistes condamnés à mort ont été détenus pendant cinq ans, au cours desquels ils se sont vu refuser les visites familiales, l’accès à leur avocat et les soins de santé, a déclaré le HCDH.

« Ils auraient également été torturés et soumis à des traitements cruels, inhumains et dégradants », a indiqué le bureau.

Bachelet a noté le meurtre de Nabil Hasan al-Quaety, un journaliste yéménite qui a contribué à l’Agence France-Presse (AFP), dans la ville méridionale d’Aden le 2 juin.

L’ancien président chilien a appelé toutes les parties impliquées dans le conflit au Yémen à libérer les journalistes détenus et à enquêter et punir les responsables d’attaques et de menaces contre des journalistes.

La guerre au Yémen entre les rebelles houthis soutenus par l’Iran et les troupes pro-gouvernementales s’est intensifiée en mars 2015, lorsqu’une coalition militaire dirigée par l’Arabie saoudite est intervenue contre les rebelles qui contrôlent une grande partie du Yémen, y compris la capitale Sanaa.

Des dizaines de milliers de personnes ont été tuées, environ 4 millions de personnes déplacées et 80% des 29 millions d’habitants du pays dépendent de l’aide pour survivre.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus