L’Allemagne remet en question la «  qualité et la sécurité  » du vaccin russe COVID-19

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

L’Allemagne a soulevé mardi des doutes sur la qualité et la sécurité du vaccin russe contre le coronavirus, soulignant que l’approbation du médicament dans l’Union européenne n’est accordée qu’après des essais cliniques complets.

« La sécurité des patients est de la plus haute priorité », a déclaré une porte-parole du ministère de la Santé au réseau de presse allemand RND. « Il n’y a pas de données connues sur la qualité, l’efficacité et la sécurité du vaccin russe. »

Plus tôt mardi, le président Vladimir Poutine a déclaré que la Russie était devenue le premier pays à accorder une approbation réglementaire à un vaccin COVID-19 après moins de deux mois de tests sur l’homme et avant la réalisation d’essais à grande échelle.

Poutine a déclaré que le vaccin était sûr et que l’une de ses propres filles avait été inoculée, bien que les essais cliniques ne soient pas encore terminés et que les tests de la phase finale impliquant plus de 2000 personnes ne devaient commencer que mercredi.

Les scientifiques occidentaux étaient sceptiques, avec quelques avertissements selon lesquels agir trop rapidement sur un vaccin pourrait être dangereux, mais la Russie a dénoncé les critiques comme une tentative de saper la recherche de Moscou.

« Ce matin, pour la première fois au monde, un vaccin contre le nouveau coronavirus a été enregistré », a déclaré Poutine lors d’une conférence téléphonique télévisée avec des ministres du gouvernement.

« Je sais qu’il est assez efficace, qu’il confère une immunité durable », a-t-il déclaré, ajoutant qu’une de ses deux filles avait reçu le vaccin, développé par l’institut de recherche Gamaleya en coordination avec le ministère russe de la Défense.

« En ce sens, elle a participé à l’expérience », a déclaré Poutine, ajoutant qu’elle avait une légère température après une deuxième injection et « c’est tout ».

Réagissant à l’annonce, le porte-parole de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) à Genève, Tarik Jasarevic, a déclaré qu’il était en « contact étroit » avec les autorités sanitaires russes mais qu’il était trop tôt pour obtenir l’approbation de l’OMS.

« La pré-qualification de tout vaccin comprend un examen et une évaluation rigoureux de toutes les données de sécurité et d’efficacité requises », a-t-il déclaré.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus