L’Iran craint de perdre son influence au Liban après la démission du gouvernement

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

L’Iran surveille de près les développements au Liban, craignant de perdre son influence après qu’une méga-explosion meurtrière à Beyrouth a déclenché la colère contre le gouvernement libanais.

Lundi soir, le Premier ministre Hassan Diab a annoncé la démission de son gouvernement, six jours après l’explosion massive, provoquant des troubles encore plus profonds à venir. Le public libanais est descendu dans la rue à la suite de la catastrophe qui a fait au moins 163 morts et 6 000 blessés, beaucoup appelant à faire rouler la tête et à des changements majeurs. Alors que certains manifestants ont scandé des slogans contre le puissant mouvement chiite libanais soutenu par l’Iran, le Hezbollah, la plupart ont exprimé leur fureur contre une classe dirigeante plus large dont la corruption, l’incompétence et la négligence ont, selon eux, conduit à la tragédie du 4 août.

Diab devait sa nomination à la fin de l’année dernière à la colère du public contre l’élite dirigeante, mais en a finalement été victime. À la tête de ce qui était présenté comme un gouvernement de «technocrates», des experts censés être au-dessus de la mêlée politique complexe et trouble du Liban, il était chargé de sauver le pays de sa pire crise économique depuis la guerre civile de 1975-1990.

Diab a été nommé Premier ministre en décembre 2019, deux mois après que le soulèvement populaire intersectoriel sans précédent du Liban ait contraint le dirigeant musulman sunnite Saad Hariri à démissionner. Après des semaines de négociations, il a pris le poste de Premier ministre, réservé à un sunnite dans le cadre du système de partage du pouvoir du Liban, avec le soutien du mouvement Hezbollah soutenu par l’Iran ainsi que du Mouvement patriotique libre du président Michel Aoun, chrétien.

La visite du président français Emmanuel Macron à Beyrouth à la suite de l’explosion a été considérée comme une menace pour l’influence régionale de l’Iran, le journal ultra-conservateur iranien Kayhan l’accusant d’essayer “d’affaiblir la résistance libanaise”. Le quotidien a qualifié dimanche de “bluff” une conférence organisée par la France au cours de laquelle les donateurs internationaux ont promis 250 millions d’euros d’aide au Liban. L’Iran n’a pas pris part au forum, mais Téhéran a déclaré lundi qu’il avait envoyé 95 tonnes de fournitures médicales au Liban et continuerait d’envoyer davantage d’aide humanitaire.

L’Iran utilise le sectarisme comme instrument pour établir son influence politique au Moyen-Orient. Depuis le début du printemps arabe en 2011, l’Iran est revenu à la politique régionale en tant qu’acteur majeur, mais il est plus manipulateur que jamais. Téhéran est entré dans une guerre meurtrière contre les civils en Syrie et en Irak. Il a apporté un soutien inconditionnel aux militants Hashdi al-Shaabi, qui sont tristement célèbres pour leurs actes brutaux contre les civils sunnites irakiens. Il s’est également impliqué dans la guerre au Yémen et dans la politique libanaise. Jouant la carte du sectarisme pour maintenir des relations étroites avec les minorités chiites et les groupes armés de la région, il soutient depuis longtemps le Hezbollah basé au Liban.

Plusieurs avertissements sur les explosifs

L’explosion a soulevé des questions sur la capacité du gouvernement à servir le Liban, en particulier au milieu d’allégations selon lesquelles le produit chimique potentiellement explosif qui aurait provoqué l’explosion avait été stocké près d’un centre de population pendant des années à la connaissance des autorités. Il est apparu que les responsables de la sécurité libanais avaient averti le Premier ministre et le président le mois dernier que quelque 2750 tonnes de nitrate d’ammonium stockées dans le port de Beyrouth posaient un risque pour la sécurité et pourraient détruire la capitale si elles explosaient, selon des documents consultés par Reuters et de hautes sources de sécurité.

Un rapport de la Direction générale de la sécurité de l’État sur les événements ayant conduit à l’explosion faisait référence à une lettre privée envoyée au président Michel Aoun et au Premier ministre Diab le 20 juillet. Le contenu de la lettre ne figurait pas dans le rapport vu par Reuters , un haut responsable de la sécurité a déclaré avoir résumé les conclusions d’une enquête judiciaire ouverte en janvier qui avait conclu que les produits chimiques devaient être sécurisés immédiatement.
Un représentant de Diab, dont le gouvernement a démissionné lundi après l’explosion, a déclaré que le Premier ministre avait reçu la lettre le 20 juillet et qu’elle avait été envoyée au Conseil suprême de la défense pour avis dans les 48 heures. “Le cabinet actuel a reçu le dossier 14 jours avant l’explosion et a réagi en quelques jours. Les administrations précédentes avaient plus de six ans et n’ont rien fait.”

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus