La Libye qualifie l’accord EAU-Israël de «  trahison qui n’est pas une surprise  »

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

L’accord conclu jeudi entre les Émirats arabes unis (EAU) et Israël pour normaliser les relations diplomatiques est une forme de trahison, a déclaré vendredi un haut responsable libyen.

S’adressant à Al-Jazeera TV, Mohamed Amari Zayed, membre du Conseil présidentiel libyen, a déclaré: « C’est une trahison de l’Etat des EAU qui n’est pas une surprise. Avec son rôle destructeur en Libye, en Syrie et au Yémen, c’est une résultat naturel de l’embargo imposé au Qatar, à la Palestine et aux nations indépendantes de la région. « 

Israël et les Émirats arabes unis ont convenu de normaliser leurs relations, a déclaré jeudi le président américain Donald Trump, Tel Aviv acceptant de retarder ses projets controversés d’annexer de larges pans de la Cisjordanie occupée.

Zayed a décrit la démarche des EAU comme « un autre coup de couteau dans le dos à la oummah (communauté musulmane) ».

« Les pertes récentes de la Oummah islamique à la suite de cette politique des EAU sont bien plus élevées que le régime sioniste tué et déplacé au cours des 50 dernières années », a-t-il déclaré.

Dans le cadre de l’accord EAU-Israël, Israël « suspendra » les projets d’annexion de parties de la Cisjordanie occupée « et concentrera désormais ses efforts sur l’élargissement des liens avec d’autres pays du monde arabo-musulman », selon un communiqué conjoint des États-Unis, EAU et Israël.

Les Émirats arabes unis, premier soutien financier, politique et militaire du putschiste général Khalifa Haftar, chef des forces armées illégitimes dans l’est de la Libye, ont envoyé des milliers de mercenaires affiliés à l’armée privée russe Wagner Group ainsi que des combattants syriens et des milices soudanaises pour combattre dans les rangs de Haftar.

La Libye est déchirée par la guerre civile depuis l’éviction du défunt dirigeant Mouammar Kadhafi en 2011. Le gouvernement a été fondé en 2015 dans le cadre d’un accord dirigé par l’ONU, mais les efforts pour un règlement politique à long terme ont échoué en raison d’une offensive militaire des forces fidèles à Haftar.

L’ONU reconnaît le gouvernement dirigé par Fayez Sarraj comme l’autorité légitime du pays car il combat les milices de Haftar depuis avril 2019 dans un conflit qui a fait plus de 1000 morts.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus