dernière sortie de l’année réussie pour les Bleus et Giroud

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

L’équipe de France d’Olivier Giroud, auteur d’un rassurant doublé, a soigné sa dernière sortie de l’année en s’imposant à la Suède (4-2), mardi à Saint-Denis, engrangeant de la confiance avant de basculer dans la dernière ligne droite vers l’Euro.

Qualifiés pour la phase finale de la Ligue des nations avant même le coup d’envoi, les Bleus ont pris cette rencontre sans enjeu avec sérieux: Kylian Mbappé, blessé jusque-là, a été relancé avec succès et Marcus Thuram a confirmé qu’il serait l’une des plus grosses satisfactions du mois de novembre.

« J’ai des options différentes, avec des joueurs de top niveau, et au niveau de l’état d’esprit c’est parfait », a savouré Didier Deschamps sur M6.

Le sélectionneur avait prévenu: malgré le succès probant au Portugal samedi (1-0), ses Bleus allaient être jugés sur leur « dernière impression » de l’année 2020. Celle-ci fut bonne, bien que logiquement moins impressionnante que samedi. Mais cela suffira amplement au patron des Bleus.

Avec huit des onze titulaires du Stade de la Luz au coup d’envoi, il y avait en tout cas l’ossature pour briller, six jours précisément après avoir sombré collectivement contre la Finlande avec un onze de doublures (2-0).

Et sans surprise, malgré leur succès samedi contre les Croates (2-1), les Suédois n’ont pu rivaliser jusqu’au bout, en dépit d’une réaction tardive de Quaison (88e), vite effacée par un but en contre de Kingsley Coman (90e+5). La Suède est reléguée en deuxième division de Ligue des nations.

– Giroud toujours efficace –

Les hommes de Janne Andersson, sélectionneur absent pour Covid-19, auront pourtant démarré cette rencontre avec espoir, par un but de Viktor Claesson dès la 5e minute. Une entame française assez poussive, comme une semaine plus tôt contre les Finlandais… Mais Deschamps s’est cette fois vite levé de sa chaise pour corriger le tir, grands gestes à l’appui, et les Bleus se sont repris.

Le match a basculé sous l’impulsion de l’un des rares « challengers » du onze de départ: Marcus Thuram. Pour sa troisième sélection et deuxième titularisation déjà, l’attaquant de 23 ans a porté les offensives tricolores, offrant un caviar à Olivier Giroud pour l’égalisation (16e) puis s’offrant ensuite un festival dans la surface, finalement conclu par Benjamin Pavard d’une reprise de volée victorieuse après un tir contré du fils de Lilian (36e).

Le défenseur du Bayern Munich n’a pas pu s’empêcher de sourire après son but plutôt similaire à celui inscrit au dernier Mondial contre l’Argentine, depuis son fameux « second poteau » dont se délectent commentateurs et téléspectateurs…

– Mbappé décisif –

Quant à l’attaquant de Chelsea, il a même doublé la mise de la tête (59e). Invité par Deschamps à réfléchir à son avenir en club ces derniers jours afin de retrouver du temps de jeu, l’ex-Montpelliérain compte désormais 44 buts en Bleu, soit sept de moins que Thierry Henry, et 22 dans l’antre de Saint-Denis, un classement qu’il domine désormais devant Henry (20). Une fois de plus, il évacue les doutes.

Dernière satisfaction du soir, Mbappé, sans compétition depuis deux semaines après une blessure à une cuisse, a pu retrouver dans la douceur les pelouses, en disposant de 35 minutes de jeu à une semaine du duel important de Ligue des champions contre Leipzig au Parc des Princes. Et comme il ne lui en faut jamais plus pour marquer les esprits, l’attaquant du Paris SG a signé une passe décisive.

Les Bleus, fatigués (Raphaël Varane et Lucas Hernandez sont sortis légèrement touchés à la mi-temps), vont désormais rejoindre leurs clubs pour plus de quatre mois, plein d’assurance et de confiance avant le prochain rassemblement de mars dédié aux qualifications pour le Mondial-2022.

Deschamps, lui, passera l’hiver avec des certitudes. Il aura aussi noté son futur adversaire du dernier carré de la Ligue des nations, l’Espagne, deuxième nation qualifiée pour ce « Final-4 » d’octobre 2021.

Mais avant de penser au prochain automne, le technicien se satisfera de celui-là et pensera au printemps animé qui attend ses troupes.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus