Une fusée réutilisable SpaceX manque un navire de débarquement

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

WASHINGTON, ÉTATS-UNIS –
SpaceX a réussi à lancer son dernier groupe de satellites Internet haute vitesse en orbite lundi, mais n'a pas pu poser son propulseur-fusée sur un navire autonome, manquant une étape clé.

La société privée fondée par le milliardaire Elon Musk a révolutionné le vol spatial ces dernières années en développant des fusées capables de livrer leur charge utile dans l'espace, puis de retourner sur Terre et d'atterrir debout sur une zone cible, prête à être réutilisée.

Il a réussi à atterrir son rappel 49 fois auparavant et la mission de lundi aurait été la 50e.

"Nous avons eu un décollage à l'heure ce matin, une bonne séparation des étapes, la première étape a fait son chemin vers la Terre", a déclaré l'ingénieur de fabrication Jessica Anderson lors d'une retransmission en direct de la mission, qui a décollé de Cap Canaveral, en Floride, à 10 h 05. (1505 GMT).

"Malheureusement, nous n'avons pas fait atterrir la première étape sur notre navire drone, mais cela a fait un atterrissage en douceur sur l'eau juste à côté du navire drone, il semble donc qu'il pourrait être en un seul morceau", a-t-elle ajouté.

La mission a livré le cinquième chargement de 60 satellites de la constellation Starlink à large bande de SpaceX, dans le cadre de ses plans pour contrôler une énorme part du futur marché spatial Internet.

Il y a maintenant environ 300 satellites Starlink en orbite et ce nombre pourrait un jour atteindre des milliers.

Plusieurs concurrents ont la même ambition, dont la startup londonienne OneWeb et le géant américain de la vente au détail Amazon, dont le Project Kuiper est beaucoup moins avancé.

Ceux-ci ont suscité chez les astronomes des inquiétudes quant au fait qu'ils pourraient obscurcir notre vision du ciel nocturne, à la fois visuellement et par interférence radio.

La réutilisation de roquettes réduit considérablement le coût des missions, et le Falcon 9 utilisé lors du lancement de lundi volait pour la quatrième fois.

On ne savait pas immédiatement pourquoi il avait raté son objectif. La fusée n'apparaissait pas dans le cadre des images en direct diffusées depuis le drone, mais un panache de fumée ou de vapeur a été aperçu à une courte distance.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus