Monde

Le Kazakhstan dénonce la Chine suite à des informations faisant état d’un nouveau virus plus meurtrier que COVID-19

Vendredi, le Kazakhstan a démenti une allégation de l’ambassade de Chine selon laquelle une épidémie de pneumonie plus meurtrière que le coronavirus sévit dans ce pays d’Asie centrale.

Jeudi, dans une alerte aux citoyens chinois publiée sur le site Internet de l’ambassade, Pékin a mis en garde contre une maladie avec « un taux de mortalité bien supérieur à COVID-19 ». Le communiqué précise que l’épidémie de pneumonie a causé 1 772 décès au premier semestre 2020 et « 628 en juin seulement ».

La déclaration se référait à l’origine à la « pneumonie du Kazakhstan », mais ce libellé a été changé par la suite en « pneumonie non COVID ».

Le communiqué de l’ambassade mentionne trois villes de province, Atyrau, Aktobe et Shymkent, affirmant que la maladie s’y est installée et que des ressortissants chinois figurent parmi ceux qui en sont morts.

Le ministère kazakh de la Santé étudie la maladie et la compare à COVID-19, a précisé l’ambassade.

Le ministère de la Santé du Kazakhstan a déclaré vendredi que la déclaration publiée par les « médias chinois » ne « correspondait pas à la réalité », sans mentionner l’ambassade.

Le ministère a reconnu qu’il avait classé les cas de pneumonie où des symptômes de COVID-19 étaient présents, mais le patient a obtenu un résultat négatif, arguant que cela correspond aux directives de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Le pays riche en pétrole bordant la Chine et la Russie a vu le nombre de cas de virus multiplié par cinq depuis la levée des mesures de contrôle et a confirmé 54 747 cas.

Le Kazakhstan et d’autres États d’Asie centrale ont été accusés ces dernières semaines d’avoir minimisé l’ampleur de leur deuxième vague de cas en classant bon nombre de cas de pneumonie. L’absence de kits de tests de qualité est largement citée comme une raison de sous-déclaration.

Dans un article couvrant la réfutation du ministère de la Santé, le site Internet pro-gouvernemental Tengri News a cité un médecin disant que l’augmentation des cas de pneumonie était « une manifestation du coronavirus ».

Au Kirghizistan voisin, le ministère de la Santé a annoncé cette semaine qu’il commencerait à inclure les patients atteints de pneumonie dans son décompte officiel des coronavirus.

Le Kazakhstan n’a pas dit s’il ferait de même.

Le mois dernier, le ministère des Affaires étrangères du Turkménistan, un autre pays d’Asie centrale, a rejeté comme « fake news » une alerte sanitaire de l’ambassade américaine avertissant les Américains de cas potentiels de coronavirus dans le pays.

Le Turkménistan est l’un des rares pays à n’avoir encore déclaré aucun cas de coronavirus.

L’ambassade des Etats-Unis a déclaré avoir « reçu des rapports de citoyens locaux présentant des symptômes compatibles avec COVID-19 soumis à des tests COVID-19 et placés en quarantaine dans les hôpitaux pour maladies infectieuses pendant une période pouvant aller jusqu’à 14 jours ».

Comments

0 comments

Tags
Loading...

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

Veiller activer le bloqueur de publicité afin de naviguer sur notre site. Merci pour votre compréhension.