Laminute.info: site d'actualité générale

Les troubles sur les problèmes économiques reviennent dans les rues de l’Iran

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

L’Iran a de nouveau été frappé par un mécontentement croissant face aux difficultés économiques, alors que de nombreux Iraniens sont revenus dans les rues jeudi soir, se heurtant à la police dans le sud-ouest du pays. Les manifestations ont souligné la reprise des manifestations antigouvernementales de novembre dernier lorsque plus de 1 000 personnes auraient été tuées dans les violences de rue les plus meurtrières depuis la révolution islamique de 1979.

L’accès à Internet dans la région au sens large a été interrompu lorsque les manifestants ont partagé des vidéos du rassemblement. Le groupe de défense de l’accès à Internet NetBlocks.org a rapporté jeudi soir la perturbation de la province iranienne du Khuzestan, riche en pétrole. La coupure a coïncidé avec la publication en ligne de vidéos de manifestants se rassemblant dans la ville de Behbahan, à quelque 570 kilomètres (355 miles) au sud-ouest de la capitale, Téhéran. Les vidéos montraient des manifestants scandant des slogans entendus lors d’autres manifestations en Iran au cours de l’année dernière, notamment: «N’ayez pas peur, nous sommes tous ensemble». D’autres ont visé la politique étrangère de l’Iran en criant: «Pas Gaza, pas le Liban, je mourrai pour l’Iran.»

Le Khuzestan est une région pétrolière clé qui s’est souvent plainte de négligence officielle. À la frontière de l’Irak, c’est l’une des rares régions de l’Iran principalement chiite à avoir une importante communauté ethnique sunnite arabe. Le rassemblement à Behbahan est intervenu quelques jours après que l’Iran a confirmé les condamnations à mort de trois personnes liées à des manifestations meurtrières en novembre dernier provoquées par une hausse des prix du pétrole. Les autorités iraniennes ont promis vendredi de traiter « de manière décisive » de nouvelles protestations contre les difficultés économiques.

Les troubles de l’an dernier ont commencé par des protestations contre les difficultés économiques, mais sont devenus politiques, les manifestants exigeant le retrait des hauts responsables. La manifestation a éclaté le 15 novembre à Téhéran et s’est rapidement étendue à au moins 100 villes et villages, avec des pompes à essence incendiées, des commissariats de police attaqués et des magasins pillés, avant d’être réprimé par les forces de sécurité au milieu d’une panne d’électricité presque totale sur Internet. Les responsables iraniens ont nié à plusieurs reprises le nombre de morts donné par les médias étrangers et les groupes de défense des droits de l’homme comme des « mensonges » et ont transféré la responsabilité d’en faire rapport entre les différents organes de l’État.

Les manifestations de novembre ont montré le mécontentement économique généralisé qui envahit l’Iran depuis mai 2018, lorsque le président américain Donald Trump a imposé des sanctions écrasantes après avoir unilatéralement retiré les États-Unis de l’accord sur le nucléaire que Téhéran avait conclu avec les puissances mondiales. Cette décision a vu l’Iran commencer à briser les limites de l’accord, ainsi qu’une série d’attaques à travers le Moyen-Orient que Washington a imputées à Téhéran.

En 2018, après que le gouvernement iranien a augmenté les prix du carburant de 50%, des milliers de manifestants sont descendus dans les rues pour protester contre le gouvernement, bloquant les routes et tentant d’empêcher les forces de sécurité d’entrer dans certains quartiers. Selon certaines informations, la police ne s’est pas abstenue d’utiliser des balles réelles, faisant plus de 100 morts.

Les sanctions américaines ont déjà détérioré la situation économique désastreuse du pays, bien que les activités régionales de l’Iran aient également été mises en cause.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus