bonnes affaires pour Tottenham et Manchester United

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Tottenham et Manchester United ont fait deux bonnes opérations dans la course à l’Europe, mercredi, en remportant leurs matches en retard de la 17e journée de Premier League à Leicester (3-2) et Brentford (3-1).

Au classement, les Spurs dépassent Arsenal avec 36 points contre 35 et viennent se placer dans la roue du quatrième et dernier qualifié virtuel pour la Ligue des champions, West Ham, qui compte 37 unités mais qui a joué trois matches de plus que Tottenham

Même Chelsea, troisième à huit longueurs, mais avec quatre matches de plus, ne paraît pas hors de portée des hommes d’Antonio Conte.

Quant aux Red Devils, qui avaient laissé filer un succès qui leur tendait les bras à Aston Villa (2-2 après avoir mené 2-0) samedi, ils sont en embuscade à la septième place avec 35 points et 21 matches, soit encore un de retard.

Si les Spurs ont dû attendre un doublé dans le temps additionnel du remplaçant Steven Bergwijn, annoncé sur le départ cet hiver, pour triompher sur le fil, le succès au King Power Stadium était tout à fait logique au vu du match.

Seule la maladresse de Kane, qui avait raté plusieurs occasions nettes, avec un sauvetage sur la ligne de Luke Thomas (12e) ou une tête sur la barre (18e), avait permis à Leicester d’entrevoir le succès.

– De Gea garde United à flot –

Un but totalement contre le cours du jeu de Patson Daka, avait mis les Foxes en tête, et si Kane avait fini par régler la mire (1-1, 38e), James Maddison, sur un très joli but, avait redonné l’avantage aux siens (2-1, 76e).

C’était sans compter les deux coups de boutoir tardif de l’ailier néerlandais, qui a mis au fond un ballon qui traînait (2-2, 90e+5) avant de partir en contre et de dribbler Kasper Schmeichel, dans une défense aux abois, pour donner trois points amplement mérités (2-3, 90e+7) avec 27 tirs dont dix cadré pour les Londoniens contre 14 et quatre pour les locaux.

Depuis l’arrivée de Conte sur le banc, Tottenham a pris 21 points sur 27 possibles en championnat, dont huit arrachés après avoir été menés au score, signe d’une mentalité et d’une abnégation exemplaires.

La victoire de United aura, elle, été plus longue à se dessiner, tant le promu l’a bousculé en première période.

David de Gea a encore dû multiplier les arrêts réflexes, notamment devant Mathias Jensen (13e, 32e), pour maintenir son équipe à flot.

Mais au retour des vestiaires, Manchester s’est montré bien plus à son avantage et très réaliste en marquant trois fois sur cinq tirs cadrés.

Le jeune Anthony Elanga, préféré à Anthony Martial, sur le banc, a ouvert le score avec roublardise et sang-froid (1-0, 55e) avant que Mason Greenwood (2-0, 62e) et Marcus Rashford (3-0, 77e), en contre, ne mettent les Red Devils à l’abri.

Ivan Toney a réduit le score à la 85e (3-1), mais cette seconde période pourrait bien être une référence pour les Mancuniens depuis l’arrivée de Ralf Rangnick sur le banc.

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus

No Content Available