in

La police et les manifestants s'affrontent lors du rassemblement du Nouvel An à Hong Kong

HONG KONG —
Des centaines de milliers de personnes ont envahi les rues de Hong Kong pour une marche de protestation annuelle du Nouvel An alors que le mouvement pro-démocratie s'étalant sur des mois s'est prolongé jusqu'en 2020 avec de nouvelles violences entre la police et les manifestants.

La police a déclaré avoir arrêté quelque 400 personnes pour rassemblement illégal et port d'armes offensives alors que des jeunes purs et durs se séparaient du groupe principal de manifestants et avaient attaqué des banques et des distributeurs automatiques de billets avec de la peinture en aérosol, des marteaux et des cocktails Motolov. Ils ont brisé des feux de croisement, arraché des briques de trottoirs et barricadé des routes dans le quartier financier du centre-ville.

Les banques et les entreprises identifiées avec la Chine continentale ont été fréquemment la cible de manifestants inconditionnels.

La police a utilisé du gaz poivré, du gaz lacrymogène et un canon à eau pour chasser les manifestants, bien qu'un communiqué du gouvernement ait déclaré que les policiers "déployaient la force minimale nécessaire".

Le surintendant principal Ng Lok-chun a déclaré aux journalistes que des "émeutiers" avaient détourné la marche de protestation et avaient à un moment donné mis en danger des policiers en les entourant et en leur jetant des objets, ce qui a conduit la police à ordonner la fin du rassemblement à 18h15. Des milliers, cependant, sont restés dans la région et beaucoup n'avaient pas encore quitté le point de départ de Victoria Park.

Le rassemblement massif a fait suite à des affrontements de nuit entre la police et les manifestants le soir du Nouvel An dans un quartier commerçant densément peuplé. La police a également utilisé des gaz lacrymogènes, du gaz poivré et des canons à eau pour briser des groupes de manifestants qui ont bloqué la circulation et allumé des incendies dans la rue du quartier populaire de Mong Kok.

Hong Kong a atténué les célébrations du Nouvel An au milieu des manifestations qui ont commencé en juin et qui ont porté un coup sévère aux secteurs de la vente au détail, du tourisme et de la vie nocturne de la ville.

Eric Lai, vice-organisateur de l'organisateur de la marche, le Civil Human Rights Front, a déclaré qu'il espérait éviter une répétition des violences de la nuit précédente.

"Nous espérons que la police pourra nous faciliter, plutôt que de nous provoquer, et nous tirer des gaz lacrymogènes et des canons à eau", a-t-il déclaré.

De telles marches se sont souvent transformées à leur conclusion en violence. Les deux parties ont été accusées d'avoir provoqué des affrontements et près de 6 500 manifestants dès l'âge de 12 ans ont été arrêtés dans de nombreux incidents dans les rues, les centres commerciaux et les campus universitaires.

Des manifestations récentes ont attiré des participants de toute la société hongkongaise, comptant parfois plus d'un million de personnes et emballant le centre-ville de Victoria Park au complexe de bureaux du gouvernement à une courte distance. Beaucoup de ceux qui se joignent sont préoccupés par une érosion des libertés civiles de l'ancienne colonie britannique qui lui avait été promise après sa remise au pouvoir chinois en 1997, ainsi qu'une pénurie d'emplois bien rémunérés et un fossé béant entre la classe dirigeante de la ville et les simplement se débrouiller au milieu de la flambée des coûts du logement.

L'événement de cette année semble être beaucoup plus important que les années précédentes, bien que les estimations du nombre de participants varient souvent considérablement entre les organisateurs et la police.

Les manifestations ont commencé en juin à propos d'une proposition de loi qui aurait pu permettre l'extradition des résidents vers la Chine où ils pourraient être soumis à la torture et à des procès inéquitables. La législation a été retirée, mais pas avant que les manifestations ne s'étendent à des appels plus larges à des réformes sur le territoire chinois semi-autonome.

Mardi, des manifestants se sont également rassemblés à la station de métro Prince Edward où des policiers se sont précipités il y a quatre mois, frappant et déchirant des manifestants qui n'avaient aucun moyen de fuir. Cet incident est parmi les nombreux cités par les manifestants comme des cas d'abus policiers dont personne n'a été tenu responsable.

Les manifestations ne montrent aucun signe de fin malgré une victoire écrasante des candidats anti-établissement aux récentes élections des représentants de district, bien que leur fréquence et le niveau de violence aient quelque peu diminué.

Dans son discours du Nouvel An, la dirigeante de Hong Kong, Carrie Lam, a déclaré que les mois de manifestations avaient apporté "de la tristesse, de l'anxiété, de la déception et même de la rage", et elle a promis de s'attaquer aux problèmes sociaux et économiques sous-jacents au cours de l'année à venir.

Lam a déclaré qu'elle "écouterait humblement" pour aider à mettre fin aux manifestations, mais a également renforcé l'importance du cadre "un pays, deux systèmes" dans lequel la Chine gouverne Hong Kong et qui n'oppose aucun défi à l'autorité ultime du Parti communiste au pouvoir.

Dans son propre discours du Nouvel An, le président chinois Xi Jinping a évoqué les manifestations, déclarant que "la prospérité et la stabilité de Hong Kong sont le souhait des compatriotes de Hong Kong et l'attente pour le peuple de la patrie".

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

Macron veut aborder 2020 en mouvement, malgré l’enlisement

Revue de Premier League: Danny Ings élimine Tottenham Hotspur en tant que rival de Chelsea, détenu par Brighton