un Américain condamné à neuf ans de prison pour l’agression de policiers

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Un tribunal de Moscou a condamné jeudi à neuf ans de prison un ex-marine américain poursuivi pour avoir agressé deux policiers, une accusation jugée « politique » par l’intéressé, sur fond de tensions russo-américaines.

Ce lourd verdict intervient quelques semaines après la condamnation d’un autre Américain dans une affaire d’espionnage controversée.

Le juge a précisé que Trevor Reed, 29 ans, avait été reconnu coupable d’avoir causé un « préjudice physique et moral » à deux fonctionnaires de police.

Après le jugement, M. Reed, présent à l’audience derrière une grille métallique, a qualifié cette affaire de « politique » et dit qu’il allait faire appel.

« Je vais demander un soutien politique à mon gouvernement », a-t-il ajouté, tout en clamant son innocence, selon une journaliste de l’AFP sur place.

La petite amie russe de l’accusé, Alina Tsyboulnik, a éclaté en sanglots après l’énoncé de la sentence. « Etes-vous sérieux ? » a-t-elle hurlé. « Mais qu’est-ce que vous faites, merde ! », a-t-elle ajouté, avant d’être évacuée de la salle d’audience par deux policiers.

Cité sur Twitter par la porte-parole de l’ambassade des Etats-Unis à Moscou, l’ambassadeur John Sullivan a dénoncé un « théâtre de l’absurde », ajoutant que Trevor Reed avait été condamné « sur la base de preuves si ridicules que même le juge a ri au tribunal ».

Originaire du Texas, le jeune homme est accusé d’avoir violenté en août 2019 deux policiers appelés sur les lieux d’une fête à Moscou tandis qu’il était en état d’ébriété.

Selon le tribunal, cette ivresse a joué un « rôle déterminant » dans l’incident et constitue une « circonstance aggravante ». Le parquet avait requis contre lui neuf ans et huit mois de prison.

– Une enquête « corrompue » –

L’un des policiers, qui était au volant de la voiture emmenant Trevor Reed vers un poste de police, a affirmé que ce dernier avait tenté de le prendre par le bras, avec ainsi le risque de causer un accident de la route. L’autre a assuré avoir été frappé par l’Américain à l’abdomen.

En détention provisoire depuis août dernier, le jeune homme a plaidé non coupable, tout en admettant qu’il ne se souvenait pas de l’incident.

Présent également à l’audience, le père du suspect, Joey Reed, a soutenu qu’aucune des preuves présentées par les enquêteurs russes n’était « crédible » et que ces poursuites étaient selon lui « complètement corrompues ». Il a par ailleurs dénoncé une condamnation « décidée à l’avance ».

« C’est la peine la plus lourde infligée dans l’histoire récente de la Russie » pour ce chef d’accusation, a estimé Joey Reed, qui doit rencontrer dans la journée l’ambassadeur américain.

Un représentant de l’ambassade des Etats-Unis présent à l’audience s’est refusé à tout commentaire.

Joey Reed a ajouté qu’il allait s’adresser à Vladimir Poutine afin que le président russe intervienne dans cette affaire pour le bien du « système judiciaire russe », mais « également pour celui des relations internationales ».

– Rumeurs d’échange avec Washington –

Cette condamnation intervient sur fond de rumeurs enflant depuis des semaines quant à un éventuel échange de prisonniers entre Moscou et Washington.

Jeudi, Trevor Reed a affirmé ne pas être informé de telles tractations.

En juin, un autre ex-marine américain, Paul Whelan, qui a également les nationalités britannique, irlandaise et canadienne, a été condamné à 16 ans de prison pour espionnage, une condamnation que l’accusé et ses proches ont également jugée « politique ».

Pour l’accusation, M. Whelan est un officier du renseignement bien entraîné, ce qu’il réfute.

Il avait ainsi accusé les Russes de prétendre avoir « arrêté un James Bond en mission », alors qu’en réalité ils ont « kidnappé un Mister Bean en vacances », une référence à la fois au célèbre espion de fiction et au personnage maladroit joué par le Britannique Rowan Atkinson.

L’avocat de M. Whelan, qui a décidé fin juin de ne pas faire appel de sa condamnation, a évoqué à plusieurs reprises la possibilité que son client soit échangé contre deux Russes détenus aux Etats-Unis, le célèbre ex-vendeur d’armes Viktor Bout et le pilote Konstantin Iarochenko, détenu pour trafic de drogue.

Jusqu’à présent, le ministère russe des Affaires étrangères a démenti une telle éventualité.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus