Les traitements anti-Covid-19 vont-ils créer des virus mutants ?

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Un éminent virologue met en garde contre l’utilisation du molnupiravir, la pilule anti-Covid de Merck, qui présente un fort potentiel mutagène. L’administration de ce médicament à grande échelle pourrait favoriser l’apparition de virus résistants, sur le même principe que les bactéries antiobiorésistantes, affirme-t-il.

Ces dernières semaines, Pfizer et Merck ont tous deux annoncé le succès de leurs essais de pilules anti-Covid. Le molnupiravir de Merck a ainsi été approuvé le 5 novembre par le Royaume-Uni, après des études ayant montré une réduction de 50 % du risque d’hospitalisation et de décès. Le paxlovid, la pilule de Pfizer serait, elle, efficace à 89 % pour prévenir le risque d’hospitalisation et de décès. Le molnupiravir agit contre le virus en créant de multiples erreurs dans son ADN, ce qui est censé aboutir à un virus non fonctionnel. Mais pour William Haseltin, un virologue de l’université de Harvard connu notamment pour ses recherches…

CLIQUEZ ICI POUR LIRE LA SUITE

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus

No Content Available