Entretien avec Vanessa Estelle Williams, icône d’horreur de Candyman

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Anne-Marie McCoy (Vanessa Estelle Williams) porte une robe à fleurs rouge, verte et orange dans une scène de Candyman de 2021.

Trente ans plus tard, Anne-Marie McCoy (Vanessa Estelle Williams) est toujours hantée par le passé.
Image: Images universelles

de Nia DaCosta Bonbon est la suite du 1992 originale, mais la plupart de ses personnages sont nouveaux dans l’histoire. La grande exception, bien sûr, est la famille McCoy : l’artiste Anthony – juste un bébé pendant les événements du premier film – et sa mère farouchement protectrice, Anne-Marie. Vanessa Estelle Williams a repris son rôle d’Anne-Marie dans le film 2021, qui sort aujourd’hui sur Blu-ray– et dans une récente interview par vidéo, io9 a eu l’occasion de lui poser des questions à ce sujet.

Cela fait près de 30 ans que le public a vu Anne-Marie se réunir de façon spectaculaire avec son fils en bas âge après qu’il ait été kidnappé dans son appartement de Chicago par Tony Toddest le sinistre Candyman. Du point de vue d’un acteur, Williams a déclaré que reprendre avec un personnage qu’elle avait joué pour la dernière fois il y a trois décennies était une expérience unique.

« C’est une occasion rare de pouvoir enquêter sur la situation actuelle de votre personnage. C’était vraiment gratifiant et merveilleux, surtout à cause de qui était l’équipe créative, de voir où nous allions prendre le personnage et comment nous allions faire [the story] pertinent pour la journée », a déclaré Williams. « Cela a été si bien géré en termes de parler avec une telle clarté de ce que la gentrification signifie vraiment, et qui cela affecte et comment cela les affecte, et ce que la violence dans la communauté signifie vraiment pour un petit garçon et qu’arrive-t-il à ce petit garçon ? Le personnage de Colman Domingo est complètement traumatisé et cela devient, vous savez, la violence engendre la violence et c’est une chose continue. L’histoire, maintenant entre les mains de [these Black creators], est devenu plus authentique et plus accessible en termes de genre, oui, c’est ce qui se passerait réellement – le point de vue et qui raconte l’histoire, compte beaucoup. « 

Anthony (Yahya Abdul-Mateen II) et sa mère (Vanessa Estelle Williams)

Anthony (Yahya Abdul-Mateen II) et sa mère (Vanessa Estelle Williams)
Image: Images universelles

La présence d’Anne-Marie se fait sentir tout au long du film ; Anthony, joué à l’âge adulte par Yahya Abdul-Mateen II, voit le nom de sa mère clignoter sur l’écran de son téléphone, et elle est mentionnée dans les conversations qu’il a avec sa petite amie, Brianna (Teyonah Parris). Mais si Williams n’est à l’écran que pour une scène charnière, l’acteur a tout de même pris le temps d’étoffer l’histoire de ce que fait Anne-Marie depuis 1992. de l’éducation. Mais elle gagne sa vie en tant qu’assistante infirmière de la classe moyenne inférieure et de la classe ouvrière. Elle a des connaissances, elle est capable de déplacer son enfant à elle seule sans, nécessairement, un homme cohérent dans sa vie. J’aimerais penser qu’elle a eu des relations, des relations saines », a déclaré Williams. « Mais certainement quand nous la rencontrons dans les années 90, c’est une mère célibataire qui essaie de s’en sortir. Elle est assez courageuse en tant que parent pour permettre à son enfant de ne pas avoir à, par exemple, être ingénieur ou avocat ou quelque chose comme ça ; [instead, he’s working] dans ce genre de domaine incertain, être un artiste, et qu’il est capable d’être un artiste à succès est époustouflant, contre toute attente, contre tous leurs humbles débuts.

Bien qu’il puisse sembler au spectateur qu’Anthony et Anne-Marie sont quelque peu éloignés dans le film de DaCosta – il esquive ses appels et « oublie » de se présenter lorsqu’ils ont des projets – Williams a une perspective plus nuancée sur leur relation. « Je pense que lorsque nous rencontrons Anthony, il est dans une sorte de crise artistique, c’est la raison pour laquelle le Candyman est convoqué », a déclaré Williams. «Je n’ai pas eu l’impression qu’ils étaient séparés. Je pense juste qu’il ne la voyait pas autant qu’elle le voulait. Comme, si vous pensez qu’il est tout son monde, certainement la star de son monde – et il a cette nouvelle femme. Cette grande, grande, grande vie. Il est donc facile pour une mère de se sentir en quelque sorte en dehors de cela : « Ce n’est pas mon peuple. Je ne suis pas du tout chic comme vous l’êtes maintenant. C’était donc plus mon point de vue, non pas qu’il était nécessairement séparé, mais qu’il ne la voyait pas assez ou autant qu’elle l’aurait souhaité. Certes, il la repoussait à ce moment particulier où nous le rencontrons dans le film à cause de ce qui se passait en termes d’invocation de Candyman et de tout ce qu’il traversait en termes de ce qui se passait avec son corps et sa vie. . « 

Williams aime son personnage, une survivante non seulement de maux surnaturels mais aussi d’une vie qui n’a pas été très facile, c’est le moins qu’on puisse dire. « Anne-Marie est la bombe. Elle est mon héros. Le malheur pour elle et pour de nombreuses mères dans ce cas – et ce sont toutes des mères noires, quel que soit votre statut socio-économique – c’est que nous, en tant que mamans, ne pouvons pas protéger nos enfants de ces systèmes, ces Candymen, ces maux qui sont mis en place tuer nos garçons et nos filles. C’est la trajectoire qu’Anne-Marie suit », a déclaré Williams, « Dans cette scène déchirante entre eux deux où [Anthony] demande : ‘Alors pourquoi m’as-tu menti ?’ Eh bien, elle a menti pour le protéger, et elle a espéré ne jamais avoir cette conversation, ne jamais avoir à en parler – et le monstre revient. C’est le genre de métaphore qui a tellement d’impact pour moi, pour la communauté noire, que nous parlons de la métaphore de ce que l’horreur de Bonbon c’est vrai. Ils en parlent dans Pays de Lovecraft [too]. Nous pouvons raconter cette histoire d’horreur où des gens meurent, mais l’horreur que nous ne peut pas s’éloigner du moment où nous quittons le théâtre est une chose durable qui fait vraiment froid dans le dos.


Bonbon, déjà disponible sur le numérique, arrive aujourd’hui sur DVD, Blu-ray et 4K Ultra HD.


Vous vous demandez où est passé notre flux RSS ? Vous pouvez ramasser le nouveau ici.

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus

No Content Available